jeudi 29 mars 2018

Escape Rush



Si vous êtes un adepte des Escape Game, vous avez sans doute déjà entendu parler d'Escape Rush, de nouveaux arrivés dans la capitale (à Ixelles, plus précisément) avec un Escape Game surdimensionné, si je puis dire.

En effet, si les Escape Game classiques proposent un espace plus restreint dont nous devrons nous échapper (2 à 3x plus petits), celui-ci nous propose un espace de 100m², rien que ça !
Les missions se jouent de 2 à 6 personnes.

Pour rappel, un Escape Game, qu’on appelle aussi Escape Room, est un jeu d’évasion grandeur nature.
Le jeu consiste la plupart du temps à parvenir à s’échapper d’une pièce dans une durée limitée (généralement 60 minutes) et se pratique principalement en groupe de plusieurs personnes. Les joueurs doivent chercher des indices disséminés dans une pièce, puis les combiner entre eux pour pouvoir avancer dans l’énigme et sortir de la pièce. En général, vous êtes suivi par une caméra. La personne qui suit votre partie pourra, si nécessaire, en cas de galère, vous donner des indices.

100m², Madame/Monsieur !


Escape Rush a ouvert ses portes le 16 décembre dernier... "Venez découvrir la plus grande Escape Game de Bruxelles, 100m² d'espace par mission, des décors de cinéma pour une immersion totale dans votre nouvelle vie d'espion au service de Lord Ravenswood !"

Ce qui est étonnant quand vous arrivez à l'adresse indiquée, c'est que vous avez l'impression de vous être trompés d'endroit. Jugez-en vous-même sur photo ;-)

Escape Rush remporte déjà, après quelques mois d’existence, un franc succès, semblerait-il. Environ 1000 joueurs (lorsque nous avions fait notre partie début mars, donc environ 2 mois après l'ouverture), environ 1500 followers sur Facebook, 1100 sur Instagram, bref, des chiffres qui font envie et qui rendent curieux.

Mais pourquoi ai-je l'impression d'aller chez un tailleur ? 


Si vous arrivez sur ce lieu, ce n'est pas sans raison... "Dès son plus jeune âge, Hadrian Ravenswood n’a eu de cesse d’étonner son entourage. Après avoir remporté haut la main les plus prestigieux concours internationaux de mathématiques, le jeune homme, issu d’une lignée séculaire de tailleurs de la banlieue de Londres, devint, à l’âge de 15 ans, le plus jeune mathématicien à être publié dans Royal Society. Non content de cet accomplissement, il entama alors un cursus universitaire à Oxford, afin de se consacrer pleinement à l’étude de la physique quantique et de la théorie des cordes. Une fois de plus, ce parcours fut couronné de succès lorsqu’il publia une nouvelle thèse sur la possibilité de la téléportation par le biais de la distorsion de l’espace-temps." Plutôt sympa, l'entrée en matière !
Ceci est une entrée en matière, justement, si vous êtes curieux d'en lire plus sur cette histoire, elle est bien plus complète, ici, sur leur site.

Escape Rush et son premier scénario : Submarine Bunker


L'aventure commence ici...
Votre première mission vous transportera en Sibérie, dans un ancien bunker soviétique.
Vous avez 60 minutes pour réaliser la mission !

Votre mission sera d’utiliser la machine à remonter dans le temps pour arriver une heure avant la catastrophe : trois missiles balistiques ont été lancés depuis le bunker où vous vous trouverez. Nous avons besoin que vous retrouviez la trace de l’agent que la CIA avait envoyé et que vous désamorciez ces missiles avant qu’il ne soit trop tard. Au bout d’une heure, la boucle temporelle se refermera et vous serez téléporté à nouveau dans le présent, que vous ayez réussi ou non la mission. Nous comptons sur vous !

Désormais, motus et bouche cousue sur tout ce qu'il se passera à l'intérieur, sachez juste que le niveau est très bon, les décors sont (sublimement) faits main par leurs soins et sont de qualité professionnelle afin de vous immerger totalement dans le scénario.

Le record, réalisé par l'équipe "Les Poneys", est actuellement de 38 minutes et 43 secondes ! Qui a dit que des poneys ne pouvaient pas sauver le monde ?! Chapeau bas !

Le prochain scénario : White House Down


White House down, le second scénario qui sera proposé où votre mission sera d’utiliser la machine à remonter dans le temps pour arriver 3 jours avant la catastrophe : le président Trump et son entourage viennent d’être assassinés lors d’une réunion du cabinet des ministres à la Maison Blanche !
Les participants ont perdu connaissance tour à tour avant de succomber à ce qui semble être une attaque à l’aide d’un gaz neurotoxique. "Nous avons besoin de vous afin d’empêcher cet acte de lâcheté de se produire. Au bout d’une heure la boucle temporelle se refermera et vous serez téléporté à nouveau dans le présent, que vous ayez réussi ou non la mission. Nous comptons sur vous !"



Pourquoi ces thèmes ?


- Pourquoi avoir choisi les thèmes "Submarine Bunker" et "Maison Blanche" ?
- Nous avons choisi le thème Submarine Bunker car nous sommes avant tout des fans de films d'espionnage et de jeux vidéo. James Bond, Kingsman, Mission Impossible, Splinter Cell nous ont inspirés pour notre première mission ! Concernant le thème Maison Blanche, nous sommes également fans de politique américaine et de series TV comme House of Cards et The west Wing. Il était évident pour nous de mettre en scène ce thème.

- Avez-vous d'autres idées pour de nouveaux scénarios à venir ?
- Oui, mais c'est secret !

Notre expérience...


Nous avons réalisé la mission (enfin, presque, on a fini par quitter la pièce quoi...) à 5 personnes (pour rappel, on peut y jouer jusqu'à 6), nous avons tous les 5 bien ramés à certains moments, et ce, jusqu'à la fin (cette expérience est recommandée à partir de 13 ans), ce n'était pas une mince affaire !
Pour ma part, je pense que la configuration idéale est à 4 personnes, afin de ne pas se "marcher dessus", bien que, tout dépend de l'équipe que vous formerez. Pierre (notre hôte), ainsi que tout hôte d'un Escape Game, ne vous le répètera jamais assez : le secret, c'est la communication ! (et dans ce cas-ci, ne rien mettre dans ses poches ;-))

Vous vous rendrez compte de l'avis d'autres escape gameurs en allant voir les avis sur Trip Advisor, 60 avis : 100% positifs, c'est pour vous dire.
L'équipe, tout à fait sympathique une fois, se fera un plaisir de vous renseigner ! Mais à priori, vous trouverez toutes les infos nécessaires sur leur site internet : www.escaperush.com

Selon le nombre de personnes, le tarif variera : 2 personnes : 50€/pers - 3 personnes : 40€/pers - 4 personnes : 35€/pers - 5 personnes : 30€/pers - 6 personnes : 27€/pers.
Certes, il n'est pas nouveau que, participer à un Escape Game, ça a un coût qui peut paraître élevé. Mais celui-ci est amplement justifié ! C'est d'ailleurs dans la moyenne de prix, peut-être un chouïa plus (sauf si vous jouez à 2), ce qui est justifié vu la superficie (et la qualité) du lieu.
En toute honnêteté, pour l'expérience que vous y vivrez, ça vaut vraiment la peine. Nous sommes 5 ici à la recommander ;-)

PS : Pour l'anecdote, Pierre nous a raconté que, sur 2 mois d'existence, 2 demandes en mariage ont été faites sur les lieux ! Pour la première demande, ils n’étaient pas au courant, cela s'est passé un dimanche matin à 10h dans le sous-marin. Ils ont ensuite offert du champagne :) Pour la deuxième demande, ils ont créé une énigme sur mesure, ils ont placé la bague sur un flotteur dans le bassin du sous-marin, il ne restait plus qu'à la pêcher !

Alors, les Escape, la nouvelle tendance en termes de mariage ?!


+32(0)2 219 34 20
info@escaperush.com
30 rue de l'Automne - 1050 Ixelles
Escape Rush.com

VaL





jeudi 22 mars 2018

YouPlay 2018


Cela fait maintenant 10 ans que le salon Made In Asia est apparu dans le paysage bruxellois, et le succès était encore une fois au rendez-vous. Avec plus de 70 000 visiteurs sur l’ensemble des 3 jours, on peut dire qu’il était difficile de se déplacer dans les allées lors des journées du samedi et du dimanche.

Pour l’occasion, on avait droit à la visite des animateurs et illustrateurs des plus gros mangas : One Piece, One Punch Man et Dragon Ball qui bénéficiait en plus d’une petite exposition bien sympathique si, toutefois, vous aviez le courage d’affronter la foule.

Une petite photo tranquille
Ah, ça va tout de suite être plus compliqué !
L’e-sport prenait également une part plus importante que les autres années avec plus de 3.000 m² qui leur était réservé.

Côté « jeux de société », Asmodee optimise de mieux en mieux son emplacement dans le Palais 6, adieu les tables mises un peu « plic-ploc » où les stands sont délimités par les bâches ou les rolls-up, non, maintenant, tous les stands sont parfaitement cloisonnés et puisqu’ils y avait plus d’éditeurs que les autres années, c’était nécessaire. En plus des éditeurs, on retrouvait aussi la dynamique équipe des "Dé Joueur", ainsi que, forcément, une partie de la team du BGF prête à faire jouer plein de monde durant tout le week-end. Geronimo était également présent avec un stand sublime, comme d'habitude.

Leur stand avant l'arrivée du public
Personnellement, j’ai pu profiter de la journée du vendredi… et oui, je dis bien « profiter » car le salon était littéralement désert. Une aubaine pour nous. Certainement, une « poisse » pour les éditeurs ayant fait le déplacement et devant se tourner les pouces toute la journée sur une chaise.

La journée du vendredi... c'est propre en tout cas ^_^
Le dimanche... ah beh voilà !!!
Profitant du calme, accompagné de Xavier, nous avons pu avoir accès à de nombreuses tables dont voici le petit condensé :

Kero

Kero, la mise en place

Un jeu de dés à paraître, bientôt, chez Hurricane. On est dans du "1 contre 1" dans une ambiance un peu « post-apocalyptique » où l’essence est la clé de votre survie. A votre tour, après avoir décidé si vous faite le plein ou non, vous pouvez lancer autant de fois que vous voulez les dés (en écartant au fur et à mesure les « flammes », tout de même) tant que vous consommez du carburant, représenté par votre « camion-sablier ». 


C'est un peu tout ce qui fait le sel du jeu, continuer à lancer les dés pour obtenir ce que vous voulez ou économiser votre essence ? Ok mais je fais quoi avec mes dés maintenant ? Et bien, on achète des cartes pardis, ou on conquiert des territoires. 

Pour acheter cette carte, il me faut 2 blés

On continue comme ça jusqu'à ce que l'on tombe sur les cartes "fin de manche", là, on regarde les majorités concernant les territoires puis on recommence. La partie prend fin à la révélation de la troisième carte "fin de manche". Dernière chose que je n'ai pas mentionnée : lorsque vous voudrez faire le plein d'essence, c'est votre adversaire qui déterminera le temps que vous pourrez prendre en lançant les dés, lorsqu'il aura obtenu 8 faces "flammes", vous devrez stopper votre plein.


Un bon jeu qui me donne envie de refaire une partie. C'est un jeu de dés donc on n'est jamais à l'abri de cramer toute son essence pour un jet pourri et j'ai un peu peur de la rejouabilité sur la longueur. Par contre, je me demande vraiment si il n'y avait pas moyen d'en tirer une version 4 joueurs.

Decrypto


Le dernier né chez "Le Scorpion Masqué", un jeu de Thomas Dagenais-Lespérance. A l’instar de Codenames, vous devrez jouer en équipe. Le but du jeu est de décrypter le code de l’adversaire avant qu’il ne le fasse. Ce fameux code est composé de 4 mots associés à 4 chiffres, cette combinaison est connue de toute l’équipe. Vous allez désigner un agent qui va tirer un code à faire découvrir à son complice, par exemple "1.3.2". Vous allez donc réfléchir à des mots se rapportant aux mots correspondants aux nombres  "1.3.2", MAIS il ne faudra pas que ce soit trop évident car tout ce que vous direz sera noté par l’équipe adverse qui, elle, tentera de découvrir la combinaison avant votre binôme. Ce jeu est une horreur à expliquer.

En soi, c’est un excellent jeu que je trouve « plus subtil » que Codenames et en disant « subtil », j’entends « plus dur », plus cérébral. Au bout du troisième tour, il devient très dur de trouver un mot suffisamment "clair" pour votre partenaire pour trouver le bon code sans que cela soit évident pour vos adversaires. Ma seule vraie "critique" revient peut-être au matériel qui est, soit, très thématique mais complètement inutile.

Château Aventure


Une sorte de "livre dont vous êtes le héros", paru chez Iello, mais à plusieurs et sans jet de dés. Un joueur sera le conteur et devra lire l’histoire à ses partenaires en leur proposant les alternatives décrites dans le livre, à eux, ensuite, de suivre la piste qui les inspire pour arriver au bout de l’histoire. Nous avons fait uniquement la partie d’initiation et nous l’avons réussie sans trop de difficulté. Personnellement, j’ai passé un bon moment, cela m’a rappelé quelques souvenirs entremêlés de jeux de rôle et de jeux vidéo style « Point and clic ». La seule vrai difficulté viendra du narrateur, en fait. Peu de choses sont permises et j’ai du maintes fois "broder" l'histoire (surtout au niveau des PNJ's... personnages non-joueurs) pour que cela ne tombe pas à plat. J'ai hâte de voir si les autres aventures (12, tout de même avec une multitude d'auteurs derrière comme Ludovic Maublanc, Théo Rivière, Gabriel Durnerin, etc.) proposées sont plus élaborées ou non. Desservit par des illustrations très "bd", je pense que le public visé est clairement les adolescents, leur permettant de passer un agréable moment avec leurs amis ou leurs parents.

CIV


Un jeu de civilisation de Rémi Amy qui tient en 104 cartes et en 25min, c'est le pari tenu et réussi par les Ludonaute. Un tour de jeu ultra simple et la règle tient sur une aide de jeu (du moins, c'est très clair après l'explication ^^). En gros, il y a 6 factions et 3 âges.

Faction "Culture", "Economique" et "Militaire"

Certaines factions seront plus présentes dans le premier âge et moins dans le troisième et d'autres, ce sera l'inverse. A son tour, on joue une carte devant soi. Ensuite, si on possède au moins 2 cartes d'une même faction, on peut décider d'en appliquer le pouvoir. Ce pouvoir est "cumulatif", c'est-à-dire que si j'ai 4 cartes d'une même faction, je peux appliquer 2 fois le pouvoir. Pour finir, chaque faction possède aussi un pouvoir de "sacrifice".

L'aide de jeu... un peu chargée tout de même

La fin de partie intervient dans 2 cas : si un joueur arrive à aligner X cartes d'une même faction (X étant déterminé par le nombre de joueurs) ou si on vide la pile des âges. A ce moment, il y aura un décompte de majorité au niveau des familles. Ce jeu ne paie pas de mine mais ça combote sévère à la table et la durée de partie fait qu'on enchaîne facilement celles-ci. Un beau packaging, des grandes cartes lisibles, une certaine courbe de progression. Bref, un beau hit !

Atlandice


Toujours chez Ludonaute, on enchaîne sur un prototype quasiment terminé qui devrait sortir d'ici quelques mois. L'Atlantide est en train de sombrer et nous devons sauver le maximum de biens que nous le pouvons. On pourrait penser à un jeu coopératif mais non, ce sera bien "chacun pour sa pomme". Au début du tour, on lancera tous les dés et on les placera en face des quartiers correspondants, ensuite, à son tour, on prendra un dé.


En prenant ce dé, on a le droit de prendre une des ressources de ce quartier et d'en appliquer le pouvoir. Le tour se termine lorsque tout le monde aura pris 2 dés, il restera alors un dé devant un quartier. Sur celui-ci, on voit une dernière information qui nous indiquera de combien on fera avancer l'horloge puis on réalisera un décompte de majorité suivant la ressource visée par l'aiguille de l'horloge. Si jamais nous vidons complètement un quartier, ce quartier donnera des points de victoire au joueur majoritaire de cette ressource, puis tout le monde remettra ces ressources en jeu. Le jeu se termine lorsque l'horloge aura fait un tour complet. Un jeu qui m'emballait à la base avec une thématique assez forte et un excellent concept. Malheureusement, j'ai trouvé le jeu un peu trop chaotique à mon goût, même si parfois, on pense maîtriser quelque chose (que ce soit en terme de majorité ou en terme de prise de dé), et bien, non, il y a trop de choses qui permettent de créer ce fameux chaos. Toutefois, je suis curieux de voir si ce "chaos" peut être lissé par l'expérience.

Xavier prend la plume...

De mon côté, je suis revenu le samedi et j'ai également (re)joué à quelques jeux : je vous les passe en revue rapidement.

Crazy dentist

Vincent Joassin (auteur/illustrateur de Mauw) présentait sa dernière création ludique dans la "Protozone" de l'espace BGF.
Pour l'histoire, notre dentiste a pété un (gros) plomb et a arraché plein de dents à ses patients. Nous retournons tous à son cabinet afin d'être le 1er à récupérer nos précieuses quenottes.
Certes, des réglages sont encore à faire mais nous avons passé un super moment à tenter de recouvrer nos dents.
Le jeu utilise un système ingénieux de cartes à pouvoirs différents selon la face et la couleur et à positionner sur le parcours du cabinet dentaire. Nous attendons de voir la suite du développement.

C'est du proto...
Pour l'instant, vos dents, ce sont les petits carrés de bois

Je n'ai pas pris le temps d'y jouer mais mentionnons tout de même que le Brussels Games Festival proposait sur son espace au moins 3 autres protos : les 7 Mers de notre bon Joseph, The Belgian Beers Race de notre autre bon Cowmic et Apollo 48 dont le sympathique Geoffroy Simon est l'un des co-auteurs. A suivre également ... au BGF probablement !!



Micropolis

Le duo Cathala/Chevalier vient nous proposer de bâtir notre fourmilière, illustrée par Camille Chaussy. 
Chacun à son tour, les joueurs choisiront une tuile à intégrer à leur fourmilière existante. Il faudra payer en "fourmi" pour chaque tuile non-prise à partir de la première sur la piste.
Les tuiles comportent des galeries (connectées ou non), différents types de fourmis et différents aliments. Vous noterez que l'ensemble forme un beau décagone et que tout finit par se rejoindre.
Le sel du jeu est d'obtenir les meilleures galeries avec les bonnes combinaisons de fourmis et il y a de nombreuses manières de scorer.
J'ai bien aimé mais cela reste léger pour moi. Ma prochaine partie se fera en mode expert où l'on gère 2 fourmilières en parallèle, promettant + de choix stratégiques.

Une fourmilière pas très impressionnante écrasée
au scoring par celle d'en face

Pikto

L'un des tout frais Cocktail Games. L'idée est simplissime mais son application l'est bien moins.
Un mot à faire deviner (film, objet, ...) en dessinant, oui MAIS ne sont autorisés que des traits droits et des cercles parfaits et surtout, il faut en faire le moins possible.
Quand chaque "dessinateur" a fini, chacun compte ses traits, celui qui en a le moins révèle en premier son œuvre à la seule personne dont c'est le tour de deviner. En cas d'échec, on passe de dessin en dessin jusqu'au plus détaillé. Les point sont attribués et un nouveau tour de jeu peut être entamé.
Simple et très efficace comme apéro game où il faut tenter le minimalisme de son dessin sans exagérer.

Quand on s'amuse,
on oublie de prendre des photos alors on récupère du Fb de Cocktail Games

Plouf party

Le jeu sent la piscine et les vacances. Cela tombe bien, Cocktail Games devrait sortir Plouf Party pour juin.
Chaque joueur se voit attribuer secrètement une couleur en début de partie. 
A son tour, un joueur choisit l'un des nageurs, dévoile sa valeur et le déplace en fonction de celle-ci autour de la piscine et s'il termine son mouvement sur un autre nageur, le pousse dans la piscine.
Optionnellement, en passant par le plongeoir, les autres joueurs peuvent tenter de deviner votre couleur : élimination directe pour le perdant.
Si vos adversaires ne sont pas éliminés auparavant, le but du jeu est d'avoir toujours debout un nageur de sa couleur parmi les 2 couleurs restants au bord de la piscine. Attention que c'est le plus proche du plongeoir qui gagne, le placement et les déplacements ne sont pas si anodins.
Il s'agit toujours d'un party game bien entendu mais il faudra tout de même utiliser quelques neurones, surtout en fin de partie.

Début de partie : personne n'a encore été poussé

... et rend la plume à Al.

Voilà, pour ma part, c'était une édition fort agréable, malgré toujours les prix prohibitifs au niveau de la nourriture, il y avait plus d'éditeurs que les autres années et les espaces mieux agencés. L'ambiance générale du salon est toujours aussi "friendly" avec ces fameuses pancartes "Free Hugs" que les ados arborent fièrement et les déguisements que l'on peut croiser peuvent parfois être assez impressionnants de qualité.

Pour terminer, une petite série de photos prises "à la volée" ^_^

Bon Jeu

Al
Oh...un Xavier ! hmm, même deux, en fait
Regret : j'aurais du essayer !
L'espace "bouffe"
Pika...Pika


Les allées...désertes


Le jeu "WTF" de l'année...à suivre !
Des animateurs au top pour le Speed Gaming
Un peu plus de monde pdt le week-end
A l'année prochaine...

mardi 20 mars 2018

LudiNord : la 10ème - Coup d'oeil à nos créateurs belges


LudiNord est un festival un peu particulier pour moi : c'est le 1er festival de jeux pour lequel je mettais les pieds hors de la Belgique et depuis j'y retourne chaque année. Depuis leurs premières éditions, le festival a grandi, gagné un deuxième site (maintenant un 3ème) et a cependant toujours gardé cet esprit acceuillant et sympathique que l'on retrouve à travers le sourire de chaque bénévole.

Où donc ?
LudiNord, c'est assez facile : c'est juste derrière la frontière, à Lille, à Mons-En-Barœul pour être exact. Pour le reste de la France, c'est le Nord ; pour nous, c'est plutôt l'ouest. Bref, c'est pas loin ; déjà la distance n'est pas un critère pour ne pas y aller.



La 10ème édition
Il s'agit de leur 10ème édition et ils sont rodés, nos amis français.
La 10ème, c'est un nouveau logo, un 3ème lieu et une soirée le vendredi (limitée à 500)
Cette année, ils sont dons répartis sur 3 sites : le Fort de Mons toujours, la Salle Montaigne et la Maison des associations. Les 3 sites sont facilement joignables à pied mais des navettes sont également mises à dispositions des joueurs.
La soirée du vendredi est une surprise, une soirée spéciale accessible à 500 privilégiés par le système de prévente. Système de prévente qui grâce à son succès lors de l'édition précédente, se maintient cette année. (la billetterie)


LudiNord : vous avez demandé le programme ?
C'est un grand festival du jeu. L'une de ses particularités est que les jeux présentés sont principalement choisis et animés par des bénévoles. Nombreux éditeurs sont néanmoins présents.
Hormis les jeux de société, vous trouverez du jeu de figurine, du jeu de rôle (merci la 3ème salle), du Grandeur Nature (combat d'épée notamment), 2 escape rooms, une bourse aux jeux, un très bel espace enfant, des conférences, une exposition ( «Illustr’Acteurs»), des jeux en extérieur ( jeux en bois, laser game, archery, ...), des tournois, des dédicaces, du speed dating, des murders partys, une nocturne qui terminera aux petites heures et j'en oublie certainement.
De quoi trouver son bonheur mais juste attention, beaucoup d'animations se font sur inscription et à cette date tardive sont surement déjà complet. Baladez vous sur leur site et découvrez leur programme complet.

LudiNord : Le festival du jeu et de la création
Je l’ai expressément omis du programme mais le cœur du festival tient en son prix pour les Créateurs. Le prix LudiNord est en fait triple puisqu'il y a une sélection "Enfant", "Famille" et "Stratégie".
Si la sélection des prototypes, car il ne s'agit ici de jeux encore non-édités, est faite en amont par l'équipe de LudiNord. Les 3 prix sont décernés par les votes du public. Tout au long du weekend, chacun peut s’essayer aux divers prototypes et voter pour son favori dans les 3 catégories. Un petit système de ratio est appliqué selon la durée des jeux et le nombre de jeux joués par chaque votant et le tour est joué : à la fin du week-end, nous avons 3 heureux.



LudiNord et nous :
Ce prix LudiNord voit arriver différents créateurs de partout en France mais également de nos belles contrées. Effectivement, la Belgique est partout et nous avons voulu mettre un coup de projecteurs sur nos créateurs en devenir.
Ils sont 5 : un seul pour la catégorie "Famille" tandis que les 4 autres s'affronteront pour le prix "Stratégie".




Didier Rikelynck pour Carmen Sandiego
Seul belge en catégorie "Famille", il est plutôt connu sous le pseudonyme CubePusher sur les resosocio. Ce n'est pas son premier prototype, ni son premier concours ; vous avez pu le croiser au concours de créateurs "amateurs" de jeux du Festival En Jeux! avec "Stalker" ou encore à la protozone du BGF.
Carmen Sandiego nous emmène sur les traces de la plus grande voleuse de tous les temps : nous, les inspecteurs de l'ACME, devons arrêter Carmen et ses complices. Le jeu est un coopératif sur base de communication et de gestion de main : notre but sera de découvrir les 5 indices qui permettront de tourner la roue Enygma afin de dévoiler le code menant à la capture de la trop audacieuse cambrioleuse.


Arnaud Petein pour Its my life !
Arnaud nous livre un jeu particulier où vous prenez le contrôle d'une personne (tous la même, oui) et vous influencez toutes ses décisions, des plus minimes au plus fondamentales. Nourriture, activités, etc, votre contrôle nécessitera une gestion équilibrée (enchères et majorités sont aussi au programme) pour façonner sa personnalité selon vos envies sans négliger ses besoins. Le jeu se veut stratégique de 2 à 4 joueurs mais a également dès le départ été développé comme jeu solo ou collaboratif jusqu'à 8 personnes afin de s'adapter à un public large de joueurs. Notre CowMic a déjà pu essayé le jeu et lui apporté ses retours, j'ai hâte de voir tout cela par moi-même. Vous pouvez suivre le développement du jeu sur sa page Fb et lors d'un précédent festival, une vidéo de présentation du jeu a été tournée.



François et Simon Pirson pour Canyon Cup
Les 2 frères sont à nouveau au départ de la course, ils reviennent en catégorie "Stratégie". Cela fait quelques temps qu'ils zigzaguent ici et là et nous sommes plusieurs à avoir pu y jouer : ce jeu nous réservant à chaque fois de très bons moments. Il acheva mémorablement la nocturne du BGF de CowMic et moi-même.
Certes un jeu de course délirant mais pas que ... la stratégie a toute sa place car ici, arriver le premier est optionnel. Dans Canyon Cup, notre but sera de gagner un max de popularité. Pour cela, il vous faudra faire des choix tactiques, prendre des risques (à coups de dés) et gérer au mieux votre piste de confiance. Déglinguer les véhicules adverses ou les dépasser feront grimper l'applaudimètre.
Venez affronter vos adversaires dans cette course folle au milieu du désert.
Leur Fb et leur site pour suivre le jeu.



Simon Pacoret pour Ganymède
Ganymède est l'une des lunes de Jupiter et vous y verrez charger de la gestion d'un habitat. C'est fini Mars, changer un peu de planète (Message à plusieurs de mes amis)
Placement d'ouvriers et gestion de ressources vous mèneront à l’agrandissement des modules d'habitats afin d'apporter un maximum de conforts aux habitants et de créer un système viable où les ressources circuleront afin que vos travailleurs puissent les transformer. Agrandissez, colonisez, prospérez.
Voici la dernière création d'un passionné : sur Ganymède, vous pourrez jouer de 1 à 5 pour une durée de 60min.


Olivier Grégoire pour Dig Building
Ayant posé ses valises depuis si longtemps en Belgique, on ne pouvait passer à coté de lui. Olivier a déjà eu le bonheur de voir plusieurs de ses créations éditées : Piratoons, Aya et Hope. Il s'en va à LudiNord présenter son dernier né qu'Al et moi-même avons eu l'occasion d'essayer alors qu'il n'en était encore qu'aux prémisses. Je suis fort curieux de voir son évolution et l'aboutissement de cette idée originale.
Dans Dig Building, il nous faudra creuser pour mieux construire. En récupérant les tuiles, notre but sera de construire le plus beau, le plus haut ouvrage pour s'attirer les faveurs des princesses royales.


LudiNord est un beau festival avec un excellent programme et un beau prix de création : nous ne pouvons que vous incitez à venir et essayer les protos de nos petits belges mais également ceux des autres une fois.

  Xavier