jeudi 17 décembre 2015

Wazabi

Un dernier petit coup de cœur pour cette année 2015, voici Wazabi !

En se rendant compte que nous sortions ce petit jeu presque systématiquement lors de nos aprèm/soirées jeux, on s’est dit qu’on ne pouvait en faire qu’un coup de cœur.
C’est simple, une bonne partie des amis qui y ont joué avec nous ont fini par se l’acheter (ou l’offrir).
Wazabi est un jeu de dés, accompagné de cartes actions. Un jeu simple, expliqué en 2 minutes chrono, accessible à n’importe qui ; joueur ou pas, enfants, adultes, et même aux plus âgés.
Certes, le facteur chance prédomine pour gagner, mais il y aura un petit peu de tac-tic aussi.
On vous dira tout de même que c'est un jeu pour ceux qui ont envie de convivialité plutôt que pour ceux qui ont envie de gagner à tout prix.
Il est idéal à embarquer avec vous lors des repas en famille, en cette fin d’année, ça tombe bien. Ambiance assurée !



Cela se joue de 2 à 6 personnes en moins de 20 minutes (la durée peut varier).

Concrètement :
Chaque joueur aura 4 dés et 3 cartes actions pour démarrer.
Chaque dé comporte 3 sortes de symboles : piocher une carte, donner ce dé à un autre joueur, et enfin le symbole « W ».
Le fameux « W », c’est ce qui vous permettra de jouer vos cartes actions, son coût en quelque sorte.
Un premier lancé de dés aura lieu pour définir le premier joueur, celui qui aura le plus de " W ".

Vous pourrez jouer  une seule carte à chaque tour.
Le gagnant est celui qui arrivera à se débarrasser de tous ses dés en premier !

Les cartes actions vous permettent de faire par exemple :
Pour 0 « W » : rejouer et changer de sens, mettre un autre joueur en prison (en somme, ce joueur passera un tour).
Pour  1 « W » : supprimer un de vos dés, prenez une carte au joueur de votre choix, le joueur de votre choix n’a plus qu’une carte, piocher 3 cartes, ...
Pour 2 « W » : tous les joueurs sauf vous n’ont plus que 2 cartes, tous les joueurs donnent leurs dés à leur voisin de droite ou de gauche, ...
Pour 3 « W » : supprimer 2 de vos dés, donner 1 dé au joueur de votre choix, ...

Précision : Les symboles « W » figurent en haut de chaque carte.
Si vous obtenez 3 « W », vous pourrez jouer n’importe quelle carte. Tandis que si vous obtenez  2 « W », vous pourrez jouer une carte qui coûte 2 « W », comme une qui en coûte 1, comme une qui en coûte zéro.

 


Voilà, je vous ai tout dit. Facile, non ?
Comme je vous le disais au début, ce jeu fait un carton autour de nous.
On y joue facilement en attendant les retardataires lors d’un évent jeu, lors d’un apéro, en famille, ...
Et puis, le jeu est beau et le matériel de bonne qualité.
Il existe 2 formats différents une fois, l’édition de 2008 est une boîte carrée, l’édition de 2013 est une boîte rectangle (sans doute plus facile à ranger dans la ludothèque).
Il parait que celui-ci n’est plus produit, mais il en reste dans les magasins, un cadeau bien sympa à offrir à un amateur de jeux (ou pas).

Fiche technique :
Age : 8+
Joueurs : de 2 à 6
Durée : +/- 20 minutes
Prix moyen : 20€
Un jeu de Ghuilem Debricon
Edité et distribué par Gigamic

VaL

mercredi 9 décembre 2015

Des Jeux Une Fois cherche graphiste et plus si affinité…

On aimerait agrandir l’équipe Des Jeux Une Fois. En effet, nous aurions besoin d’un(e) graphiste.
Principalement pour la création de visuels et de matériels promotionnels (éventuellement, de la mise en page sur blog).
Mais ce qui nous intéresserait encore plus, c’est que ce graphiste soit passionné de jeux et ait envie d’écrire des articles sur le sujet, participer à des soirées, donner son avis, etc. Bref, participer à la vie du blog et de faire partie intégrante de l’équipe.

Tu es graphiste et ce poste t’intéresse ?
Tu es prêt à faire cela bénévolement ? (Et oui, un blog, ça ne nous enrichi pas financièrement mais par contre humainement : c’est juste waouh).
Tu es une femme, un homme, un transgenre, un extraterrestre venu en paix, … Bref, tu es un être vivant en Belgique ?
Tu es âgé entre… euh, on s’en fout en fait. Tant que tu es sympa, motivé et que tu as du temps à nous consacrer J

Alors envois un mail à desjeuxunefois@gmail.com pour te présenter et éventuellement nous donner un aperçu de ton travail.
 Si tu as des questions, rendez-vous à la même adresse.

Et si tu n’es pas graphiste mais que l’aventure Des Jeux Une Fois t’intéresse tout de même, n’hésite pas à nous écrire aussi J


Au plaisir de vous lire.

Les Aux (Val et Cowmic)

lundi 7 décembre 2015

LE Jeu Une Fois 2015 : Les nominations


On termine la première année calendrier depuis le lancement des activités du blog Des Jeux Une FoisEt on voudrait remettre un prix au jeu belge de l’année "LE Jeu Une Fois" parmi ceux présentés sur notre blog en 2015.

Les nominés sont donc :

Votre avis nous intéresse évidemment. En effet, nous déterminerons le jeu de l’année selon de choix des Aux (Val et Cowmic) mais également en tenant compte de vos votes.

En effet, vous pouvez participer au sondage présent sur notre blog dès aujourd’hui et jusqu’au 25 décembre 2015 (23h). Vous sélectionnez dans la liste des jeux ceux qui d’après vous mérite ce titre (vous pouvez en sélectionner plusieurs). Ce sondage nous donnera votre top 3 de l’année.
Val et Cowmic établiront chacun leur top 3 également.
Le premier de chaque top 3 recevra 5 points, le second 3 et le dernier 1. Le jeu ayant récolté le plus grand nombre de points sera nommé « LE Jeu Une Fois 2015 ».
Le gagnant sera annoncé début 2016.
A vos votes une fois, et que le meilleur gagne !

Les Aux (Val & Cowmic)

PS : Pour être présenté sur notre site (dans la catégorie [Jeux]), un jeu doit tout simplement avoir un auteur ou illustrateur belge. Le choix des jeux que nous avons présentés en 2015 s’est fait au fur et à mesure des rencontres et des échanges que le lancement du blog nous a amené. Il est bien évident que nous n’avons pas présenté tous les jeux belges sortis en 2015 ou même avant et nous en excusons. Nous ne voulons léser personne, bien au contraire.
Par contre, si vous êtes auteur ou illustrateur belge d’un jeu qui va sortir, vient de sortir ou est sorti même de longue date (tant qu’il est toujours commercialisé) et que vous désirez que nous présentions votre jeu,  n’hésitez pas à prendre contact avec nous : 
desjeuxunefois@gmail.com. Nous tenterons de lui donner la visibilité qu’il mérite accompagné de notre humble avis.
Par ailleurs, nous pensons éventuellement agrandir cette catégorie jeux belges aux jeux édités par des sociétés belges. Notre but premier étant de mettre en avant la culture du jeux de société en Belgique et donc, par conséquent, ses acteurs. N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez en commentaire, sur FacebookTwitter ou via notre adresse email.
Le concept « LE Jeu Une Fois » sera amené à se faire chaque année et déjà des idées viennent pour la suite (le jeu de l’année blog, le jeu de l’année public, le jeu belge depuis la création du blog, le coup de cœur de l’année, …) et on verra où elle aboutiront. Nous ne manquerons pas de communiquer avec vous sur ce sujet.

vendredi 27 novembre 2015

1er festival Jeux de NIM


Dimanche 8 novembre, nous voilà en route pour le premier festival des Jeux de Nim, la boutique située à Enghien dont nous vous parlions il y a quelques mois.
Le festival se déroule dans un cadre magnifique : le parc d’Enghien, dans la salle des acacias.
Nous connaissions l’endroit, enfin surtout Cowmic, étant donné qu’il fait partie de l’ETEnghien, un club de course à pied.
Nous sommes arrivés tôt, histoire d’avoir des tables de libres où jouer dès notre arrivée. Le temps de payer à l’entrée les 2€ par personne (1€ pour les enfants), plus que démocratique, et on s’en va jeter un œil sur ce qui s’offre à nous.
La salle est bien pleine, on y trouve de tout : premier âge, jeux en bois, bricolages, jeux de société pour enfants, pour familles, et pour joueurs confirmés. Et au centre encore des jouets pour les petits. Quelle bonne idée !


Après un petit repérage, on s’arrête à Mystérium. Ca tombe bien, c’est François d’Asmodee qui se charge d’expliquer. Une famille nous rejoint pour commencer une partie, nous voilà donc à 6 pour notre premier Mystérium

Mysterium est un jeu coopératif où les joueurs vont incarner des extralucides cherchant à élucider le
meurtre d'un fantôme hantant un manoir. Un joueur prendra le rôle du fantôme, les autres celui des enquêteurs.
Il s'agira pour les enquêteurs de trouver qui a commis le meurtre, où et avec quel objet.
Pour cela, il y aura un certain nombre de cartes placées sur la table dont le nombre varie en fonction du nombre de joueurs et de la difficulté voulue par les joueurs.
Dans un premier temps, le fantôme choisira une combinaison coupable-lieu-objet pour chaque enquêteur.
Puis avec une main de 7 cartes qui sont composées d'illustrations pleines de détails, il donnera des indices sur l'assassin probable.
Une fois que le fantôme aura donné les indices, chaque enquêteur placera sa boule de cristal sur la carte du présumé coupable et le fantôme dira si oui ou non, les enquêteurs ont bien fait leur boulot.

Si l'assassin n'est pas trouvé, le fantôme redonnera des indices et l'enquêteur devra continuer son travail. Si l'assassin est trouvé, les enquêteurs devront chercher le lieu puis l'arme du crime.
Une fois les combinaisons des joueurs découvertes, il s'agira de trouver le réel coupable (choisi en réalité par le fantôme) grâce au même principe d'indices donnés par des cartes.
Tout cela serait fort simple si le temps n'était compté. En effet, les enquêteurs ont sept tours pour trouver l'assassin et chaque vérification d'hypothèse fait avancer le compteur.


Nous partions avec un certain a priori car nous ne sommes pas des grands fans ni de Cluedo, ni de Dixit (surtout moi). Ce jeu reprend réellement les principes de chacun de ces jeux, mais nous avons tous les deux a-do-ré. On ne peut donc que vous recommander Mystérium. Merci à François pour les explications !

Voilà quasiment une heure de passée. Le temps de croiser et de saluer quelques amis présents aussi, et on se dirige vers la table qui présente le prototype d’extension pour Deus. Malheureusement et comme on s’y attendait, la table et prise et ils ne sont pas prêts de finir leur partie. Nous voilà repartis à la quête d’une table libre où jouer… Pas évident ! Toutes les tables qui nous intéressent sont prises.

On se retrouve sur un jeu à 2 de Bruno Cathala et Bruno Faidutti : Raptor.
Le temps que d’autres tables se vident, Cowmic testera une partie avec Bernard. J’avoue que le graphisme et le thème ne m’ont pas donné envie d’y jouer, je laisse donc les hommes et reste à observer (pendant que Vanessa espère nous réserver une place à la table de l’extension Deus, en vain.)
Raptor
Un jeu pour 2 exclusivement, chacun aura des cartes à disposition qui lui permettra de faire des actions différentes. Celles-ci seront choisies en fonction de votre rôle : le chasseur ou la proie, le dinosaure ou l’homme.
Je ne vais pas vous en dire plus et vous laisser découvrir ce jeu avec cette vidéo hallucinante.


Aucun de nous 3 n’a craqué pour Raptor. Les règles sont simples, le jeu modulable ce qui permet une bonne rejouabilité. Mais avoir assisté à cette partie ne m’a pas donné envie d’y jouer, Cowmic et Bernard n’étaient pas vraiment convaincus non plus. Je n’ai pas accroché à la mécanique, le graphisme et matériel de jeu m’ont semblé vieillots, ceci-dit c’était peut-être voulu vu le thème. On ne vous le déconseille pas pour autant, faites-vous votre propre avis ;-)

Le temps de casser la croûte – des boissons et petits coupe-faims (chocolats, chips, biscuits) sont disponibles à des prix plus que corrects – Et nous revoilà à faire le tour de la salle.

On s’arrête à la table de Discoveries… Les joueurs dirigent une équipe d'explorateurs et vont devoir cartographier des routes, découvrir des espèces botaniques et zoologiques et rencontrer des peuples locaux pour récolter un maximum de points de victoire.
L'équipe en question est matérialisée par des dés... Mais vous les utiliserez de façon stratégique.
Chaque dé en votre possession représente un compagnon de votre équipe, et la face du dé visible sa capacité. Cette capacité est stable. Lorsqu'un compagnon rejoint votre équipe, vous lancez ce dé pour fixer sa capacité. Souvent, vous lancerez les dés à la fin de votre tour et débuterez le tour suivant avec ces symboles là.
Au cours de la partie, vous allez combiner les capacités de vos compagnons pour atteindre des objectifs proposés au centre de la table.
Il y a deux types d’objectifs :
Des routes, qui permettent de gagner directement des points de victoire ou de découvrir des espèces botaniques et zoologiques que vous pourrez combiner pour obtenir d'autres points de victoire supplémentaires en fin de partie.
Ensuite, des rencontres avec des tribus locales, qui vous permettront de recruter des compagnons
supplémentaires ou obtenir des faveurs ou des capacités particulières.
Lorsque vous activez vos compagnons, vous allez en conserver certains et en envoyer d'autres dans une zone commune sur le plateau central. Ils ne seront donc plus disponibles.

Ainsi, votre équipe va-t-elle diminuer progressivement en taille. Il vous sera possible de récupérer des compagnons en choisissant de prendre tous les dés d'une zone commune du plateau lors de votre tour, au lieu de jouer des actions. En choisissant cette option, vous allez parfois récupérer des dés neutres ou même des dés d'autres joueurs.
Vous avez une autre possibilité de rappel de compagnons: plutôt que de prendre ceux qui se trouvent dans une zone commune, vous pouvez aussi "rappeler" tous vos propres dés, quel que soit l'endroit où ils se trouvent. Vous allez ainsi perturber vos adversaires qui comptaient sur vos compagnons pour réaliser des objectifs.
Discoveries, Le journal de Lewis & Clark est un jeu stratégique, joli, bien pensé.
Il risque de vous paraître quelque peu abstrait au début, mais une fois que vous aurez saisi le principe, c'est parti ! C’est un jeu où on ne s’ennuie pas pendant le tour des autres joueurs, vous serez en réflexion permanente. Perso, j’ai adoré, Cowmic et nos 2 compagnons de jeu également d’ailleurs.

On a eu la chance de pouvoir directement passer à la table d’à côté pour (re)tester Cacao.
Nous l’avions déjà testé lors d’une Soirée Terrible, mais n’avons plus eu l’occasion d’y rejouer depuis, on en a donc profité pour se rafraîchir la mémoire.
Cacao
Il vous transporte dans le monde exotique du « fruit des dieux ». En tant que chef de votre tribu, vous devrez emmener votre peuple vers la prospérité grâce à la culture et le commerce du cacao.
Un jeu de placement de tuiles stratégique mais très léger.
Lors de vos placements de tuiles, vous aurez la possibilité de récupérer des pièces jaunes (qui font office de PV), des fèves de cacao, des pièces grises qui vous donneront plus tard la possibilité de rejouer sur une de vos tuiles ou de gagner un PV, d’avancer sur l’échelle de rivière (et donc de gagner des PV), de se réserver une place autour d’un temple pour gagner des PV supplémentaires en fin de partie, mais aussi et surtout de vendre vos fèves de cacao.

Ce jeu se joue très vite (trop vite). Graphisme très joli, mécanique accrocheuse. Un jeu idéal pour faire découvrir le jeu de société, mais tout aussi agréable à jouer pour un joueur régulier. Vous l’aurez compris, on vous recommande vivement Cacao ;-)

Et voilà, 18h approche déjà, il est temps de se mettre en route, snif.
On aura même l’occasion de laisser nos coordonnées et de recevoir un bon de réduction pour un prochain achat chez Jeux de NIM.


Nous avions un peu peur que le festival soit trop court étant donné qu’il commençait à 14h. Mais au final l’horaire choisit par les Jeux de NIM était bien. Même si il aurait pu commencer à 10h du matin et donner plus de possibilités aux joueurs et de temps sur place (avec par exemple une petite restauration en prime.)
Dans l’ensemble, rien de négatif à redire, ils ont géré ça comme des chefs.
La preuve en est qu’ils attendaient environ 300 personnes sur la journée, il y en a eu 722… Waouw !!!
Nous étions juste étonnés de ne pas voir de stand où acheter les jeux, mais j’imagine qu’il y avait une raison à cela.
On espère plus qu’une chose : qu’ils remettent ça l’an prochain !

VaL


jeudi 5 novembre 2015

On revient bientôt...

Nous sommes quelque peu absents ces derniers temps, mais on ne vous oublie pas !
En effet, nous sommes en chantier sur notre future salle de jeux (entre autre).

D'ici là, on vous fera tout de même un reportage sur le festival des Jeux de Nim qui se déroulera ce dimanche 8 novembre à Enghien.
On vous prépare aussi le DJUF de l'année, les infos bientôt !

On vous revient donc très vite pour plus d'articles, plus de soirées, plus de tests, plus de découvertes, ...


See you soon !



mardi 6 octobre 2015

Aya


[Edit 03/12/2015 : Malheureusement, la fabrication d'Aya a pris du retard et celui-ci n'est donc pas sorti à Essen comme prévu. Mais fort heureusement, il est à l'heure de cette édition présent en boutique. Idéal comme cadeau de Saint Nicolas ou Noël !]

C’est toujours agréable d’avoir l’occasion de tester de l’exclusivité, en l’occurrence : Aya.
Aya sortira lors du célèbre festival Essen, très bientôt donc. Nous n’en savions pas grand-chose avant d’y jouer, si ce n’est que cela partait d’un principe de dominos et qu’il était décrit comme un ovni. On a pu voir passer quelques visuels sur la page Facebook d’Act in Games, l’éditeur, qui donnaient fort envie. Ajoutez à cela le fait que le duo d’auteurs est le même que celui qui a créé Piratoons, ça ne pouvait que nous intriguer.
Rendez-vous pris donc avec Olivier Grégoire et Thibaut Quintens pour avoir l’occasion de vous donner notre avis juste avant sa sortie.

Pour la petite histoire…
Vous voilà aventuriers photographes, vous remonterez les fleuves et les rivières à la recherche des plus beaux trésors de la nature. Vous créerez ensemble une cascade de dominos pour relier les plus belles richesses du monde d’Aya.
Plus concrètement…
Cela se joue de 2 à 5 joueurs, à partir de 8 ans, en 30 minutes environ. Vous coopérerez pour totaliser un maximum de points à la fin des 20 minutes de temps imposé (2 mi-temps de 10 minutes).
Pour cela, vous devrez relier un maximum de tuiles Paysage et de jetons Photo Animal au moyen d’une chaîne de dominos placés verticalement les uns à la suite des autres.


Chaque joueur aura devant lui, face cachée, un stock de dominos Fleuve (qui sera égal au nombre de dominos que composent le jeu, donc 156, divisé par le nombre de joueurs. Sauf si vous êtes 5, dans ce cas le 1er joueur aura un domino de plus).
Sur ces dominos, vous verrez 5 sortes de paysages qui longent le fleuve : 30 Forêt, 30 Montagne, 30 Désert, 30 Pôle, 30 Champ. Il y a aussi 6 Jardin extraordinaire, vous les reconnaîtrez facilement, le fleuve y prend une forme de « Y ». 40 dominos comportent un symbole Appareil photo.
La tuile départ représentant une chute de cascade sera placée sur l’aire de jeu (une table, au sol, où bon vous semble) et doit être accessible à tous. À côté, vous disposerez le reste du matériel, c'est-à-dire :
- les jetons Photo Animal et les tuiles Paysage face verso en les regroupant en piles par type sur le bord de l’aire de jeu. Entre chaque tuile Paysage, insérez une Photo Paysage du même type.
- les Jetons de relance en pile sur le côté.
- le sablier à côté des piles, visible de tous.

Avant que le premier joueur ne pose son premier domino, on retourne le sablier qui vous donnera 10 minutes avant la seconde mi-temps, c’est parti !

En bas à droite, la tuile départ
Chacun à votre tour vous prendrez un (et un seul à la fois) domino de votre stock, vous pourrez :
- Soit le placer (toujours à la verticale) n’importe où sur l’aire de jeu.
- Soit sur une tuile Paysage déjà posée (y compris la tuile Départ qui est la seule au début, évidemment).
- Soit sur le dessus de votre pile « réserve », face visible. Cela compte comme votre action de ce tour. Cette réserve vous servira ensuite à utiliser le domino au sommet de votre pile au lieu d'en découvrir un nouveau de votre stock.
Vous comprendrez en lisant la phase du décompte des points pourquoi placer tel paysage plutôt qu’un autre est important.

Une fois le domino posé, le joueur peut immédiatement piocher le domino suivant pour préparer son prochain tour.
Lorsque vous le posez, gardez toujours à l’esprit qu’après les 20 minutes de pose, un joueur poussera le premier domino sur la tuile Départ afin de faire tomber la totalité (enfin, si vous avez de la chance) des autres. Placez-les dans le bon sens, de sorte à ce que le côté illustré du domino soit visible une fois qu’il sera tombé. Soyez aussi fort vigilant lorsque vous poserez ceux-ci, si malencontreusement vous faites tomber quelque chose, il vous faudra tout remettre en place, vous perdrez donc du temps.

Thibaut & Olivier
Un joueur qui pioche un domino avec un symbole Appareil photo peut :
- Soit prendre une tuile Paysage du type correspondant au domino (désert, montagne, etc.) et la placer n’importe où sur l’aire de jeu, elle ne pourra plus être déplacée ensuite (la Photo Paysage qui était posée dessus, vous la placerez à côté de la tuile. Ne vous en occupez pas, elle ne vous servira qu’à compter les points en fin de partie). Il place ensuite le domino Appareil photo, toujours à la verticale, à l’extérieur de la tuile Paysage face à une “entrée” de fleuve (sur le cours d’eau quoi).
Certaines tuiles Paysage proposent des bifurcations et comprennent plusieurs entrées ou sorties. A vous d’orienter correctement la tuile pour déterminer les entrées et sorties.
- Soit prendre un jeton Photo Animal du type correspondant au domino et le placer à cheval sur le domino Appareil Photo et des dominos voisins.
- Soit l’utiliser comme un domino classique.

Un joueur qui pioche un domino Jardin extraordinaire (où le fleuve prend la forme d’un « Y ») peut :
- Soit l’utiliser pour créer une bifurcation dans la chaîne de dominos.
- Soit l’utiliser comme un domino classique.
Dans les 2 cas, un domino Jardin extraordinaire est un domino “joker”, il est équivalent à n’importe quel type de domino.

En pleine partie
Une bifurcation permet la pose de 2 jetons Photo Animal sur la chaîne, d’un côté et de l’autre du domino Jardin extraordinaire entre 2 tuiles Paysage. Normalement, d’une tuile Paysage à une autre, 1 seul animal peut être posé.

La phase de pose s’arrête soit quand le sablier écoule pour la 2ème fois son temps de 10 minutes (vous aurez donc eu l’occasion de papoter entre les 2, de boire un coup, de faire une pause pipi), soit quand l’un des joueurs n’a plus de dominos dans son stock (même s’il en reste dans sa réserve).

Voilà le moment tant attendu… la cascade ! Un joueur va faire basculer le premier domino sur la tuile Départ pour le faire basculer sur le suivant et entraîner ensuite les autres façon dominos-cascade. Cette chute de dominos entraînera aussi celle des jetons Photo Animal posés à cheval sur les dominos.
Il est possible que la cascade s’arrête à cause d’un trou dans la chaîne ou parce que des dominos ont été mal placés (trop proches, trop éloignés, etc.). Dans ce cas, le joueur suivant donne à nouveau une impulsion sur un domino encore debout pour relancer une chaîne en cascade.
A chaque relance, vous perdrez un Jeton Relance parmi les 10 qui vous ont été fournis au départ. Sachez que chaque Jeton Relance vaut 1 point, il est donc important d’en utiliser un minimum (idéalement, ne pas en  utiliser du tout).

Voilà notre moment fatidique en vidéo ! (parce que, oui, maintenant, nous avons aussi une chaîne YouTube ;-)

On s'en est pas mal sorti ! 
Et voilà, on peut enfin faire le décompte des points et voir si vous avez été de bons aventuriers…

Validation des jetons Photo Animal :
Un jeton Photo Animal est validé si toutes ces conditions sont remplies :
- Il touche la chaîne par au moins le bord d’un domino (il n’a pas été éjecté sur le côté).
- Il est relié par des dominos de son type à une tuile Paysage du même type (forêt, désert, etc.). Pour rappel, un domino Jardin extraordinaire fait office de joker.
- Il ne touche pas une tuile Paysage.
- Il n’y a qu’un seul jeton Photo Animal sur la chaîne entre 2 tuiles Paysage sauf si une bifurcation créée par un domino Jardin extraordinaire sépare les 2 tuiles Paysage.
Chaque jeton qui remplit ces conditions vous rapporte 1 point.

Validation des Photo Paysage :
Les jetons Photos Paysage qui ont été posés à côté des tuiles Paysage sont validés si toutes ces conditions sont remplies :
- Tous les dominos Fleuve qui s’y trouvent et qui la touchent sont du même type que la tuile Paysage.
- Toutes les entrées et sorties de la tuile Paysage sont irriguées, c’est-à-dire recouvertes par un domino du même type.
Chaque jeton qui remplit ces conditions vous rapporte 1 point.
En prime, si vous validez les 3 jetons Photo Paysage d’un même type, vous pouvez créer un triptyque panoramique qui vous rapportera 1 point supplémentaire !

Vous pourrez au minimum (si vous avez été vraiment très nuls) ne pas avoir de point, mais je dois dire que ça me parait fort peu probable. Le maximum à obtenir est 55 points, ce qui me parait très difficile (voir impossible ?). Si mon souvenir est bon, nous avions fait avec Cowmic, Olivier et Thibaut 25 points. Pour obtenir le maximum, vous devrez faire tomber la cascade en une fois, obtenir et valider tous les jetons Photo Animal, toutes les photos des tuiles Paysage… Bref, un beau défi !
Voilà d’ailleurs qui indique une bonne rejouabilité de ce jeu, le défi de battre votre record de points obtenus.

Aya est un jeu qui a été créé pour une occasion spéciale : les 50 ans de « Le Jardin Extraordinaire » de la RTBF. Vous pourrez d’ailleurs voir au dos de la (jolie) boîte La Une, RTBF, SPA, Le Jardin Extraordinaire. Un petit carnet vous indiquant un tas d’informations sur les animaux qui figurent dans le jeu fera partie du package. En tout cas, vous risquez d’en entendre parler !

Un Aya surdimentionné

Notre avis :
En effet, on peut dire que ce jeu est un ovni. Un bon collaboratif une fois où vous ne pourrez pas perdre. Agréable à jouer (bien que stressant), mais gare aux maladroits !
Le design de Cédric Michiels et les illustrations de Julien Hanoteaux sont magnifiques et nous font voyager. Thibaut choisit, comme pour Piratoons, de nous offrir une boîte juste suffisante pour contenir tout le matériel. On ne se retrouve pas avec une giga boîte à moitié vide qu’on ne saura pas où ranger. Les règles sont simples à assimiler et très bien faites, elles vous donnent d'ailleurs un tas de conseils pour que votre partie se déroule au mieux.
J’aime beaucoup le fait qu’on change un peu de thème, tant de jeux sont basés sur l’agriculture, ici vous n’hésiterez pas à parcourir le carnet d’infos intéressant et instructif. La mécanique est clairement innovante et bien pensée.
Au sujet de sa rejouabilité, le fait que ce soit un score à battre permet d'envisager un effet communautaire de partage des meilleurs parties. On pourrait même envisager de jouer à plus que les 5 joueurs indiqués (le choix des auteurs d'y mettre un maximum de 5 joueurs était pensé afin que le jeu soit confortable pour chacun) voire en mode solo. On a débriefé un bon moment après le jeu et nous sommes même emballés sur des possibilités différentes de voir des futurs tournois d' Aya, il y a de quoi faire !
Ça peut plaire ou ne pas plaire, mais personnellement je ne lui trouve pas de point négatif. Je ne suis pas la seule car à peine a-t-on fini la partie que Cowmic voulait y rejouer.
En résumé, on a vraiment aimé. On s'attendait à du bon de Thibaut et Grégoire et on a pas été déçu, bien au contraire.

VaL

[Edit Cowmic] : Personnellement, je suis super giga méga conquis par ce jeu. D’abord, il me rappelle plein de souvenirs d’enfance, j’y ai passé des heures avec ces dominos-cascade et là, on me propose une version évoluée et attirante du concept. Ensuite, je me vois bien y jouer avec plein de styles de joueurs différents et même avec des non-joueurs (suis sûr que je vais faire un carton aux repas de famille à Noël). Et pour finir, j’aimerais trouver une équipe de motivés pour tenter de faire le meilleur score (bon, peut-être pas 55 mais de passer les 40, ce qui serait déjà un sacré exploit). Bref, vivement la sortie officielle et merci à Thibaut et Grégoire pour ce super jeu, je leur souhaite déjà beaucoup de succès avec celui-ci.

Fiche technique :

Age : 8+
Joueurs : de 2 à 5
Prix : +/- 30€
Durée : 30min
Editeur : Act in games

vendredi 2 octobre 2015

Spellcaster

Chers lecteurs, je viens à vous pour vous parler d’un jeu découvert lors d’une Soirée Terrible spécial Atalia : Spellcaster. J’avais déjà complètement flashé dessus dès ma première partie mais en reparlant cette semaine, je me suis rendu compte de plusieurs faits sur ce jeu : 
- je ne m’en lasse pas et prends toujours autant plaisir à y jouer,
- chaque personne à qui je l’ai fait essayer a apprécié, c’est quand même une bonne indication quant  à la qualité du jeu,
- on ne parle pas assez de ce jeu et on le trouve malheureusement dans peu de boutiques.
Voilà ce qui m’a poussé à vous en faire un coup de cœur.

Spellcaster, c’est un jeu 2 joueurs. Vous y incarnez 2 magiciens qui s’affrontent dans l’arène de la mystique île Saphir pour le titre de Grand Maître.
2 possibilités pour remporter le titre : soit vous récupérez 15 saphirs, soit vous drainez les réserves d’énergie de votre adversaire jusque zéro. Si jamais il n’y a plus de carte à piocher, le magicien ayant le plus de saphirs l’emporte ; en cas d’égalité, c’est celui qui a le plus d’énergie.

Plus concrètement… Vous commencez le combat avec 2 saphirs (pierres transparentes bleues) et 10 cristaux d’énergie (pierres transparentes jaunes).
60 cartes sorts sont disponibles pour le combat, elles sont reparties en 4 catégories :
- Combat (rouge) : réduisent l’énergie de votre adversaire,
- Soins (jaune) : rendent de l’énergie,
- Sorcellerie (bleu) : procurent des saphirs,
- Conjuration (verte) : altèrent les effets des autres cartes.
Vous commencez la partie avec 3 cartes en mains.
4 plateaux se trouvent au centre de la table, un pour chaque couleur de cartes.
Lorsqu’une carte est jouée par un magicien, il la pose de façon à ce qu’elle lui fasse face sur le plateau de la couleur correspondante.

Le magicien qui a la plus longue barbe commence en premier, j’aime bien cette règle une fois.

Pendant votre tour :
- Les cartes visibles (la première de la pile donc) vous faisant face et portant le symbole d’une roue dentée dans un triangle rouge sont des sorts actifs et prennent effet immédiatement, sans que cela ne vous coute une action.
- Vous piochez une carte.
- Vous réalisez deux actions parmi les suivantes : piocher une carte (en plus de celle gratuite) / activer une carte qui est posée sur un des plateaux et vous faisant face (on les indiquera en tant que « les cartes que vous contrôlez ») ce qui revient à appliquer le texte présent sur la carte / jouer une carte de votre main au-dessus du plateau de couleur correspondante face à vous (la carte qui se situait auparavant au-dessus, qu’elle soit contrôlée par votre adversaire ou vous, n’est donc plus activable).
Vous pouvez choisir deux fois la même action mais vous ne pouvez activer qu’une seule fois une carte donnée par tour.
Une fois les 2 actions réalisées, c’est à votre rival et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un des magiciens l’emporte.

Quelques exemples de cartes :
- Combat (rouge) : Patte du Démon – Drainez 3 cristaux d’énergie si vous avez moins de saphirs que votre rival,
- Sorcellerie (bleu) : Sort de Séduction – Gagnez 2 saphirs et votre rival en gagne 1 (sort actif),
- Soins (jaune) : Purification – Gagnez 1 cristal d’énergie et drainez-en 1,
- Conjuration (vert) : Or du Fou – Défaussez la première carte d’une des autres piles.
Les sorts de chaque type sont variés et vous trouverez évidement des manières d’en combiner.



Il existe une possibilité de jouer à 3 ou 4 joueurs avec des règles particulières. Mais personnellement, je ne les trouve pas spécialement intéressantes. C’est à 2, en duel, que le jeu prend tout son sens.

La boîte ne m’avait pas spécialement donné envie la première fois que je l’ai vu. Comme quoi, il ne faut pas s’arrêter à cela, on vous le dira encore et encore. Les plateaux sont forts beaux, les cartes ont un look un peu à la Magic mais en moins bonne qualité et moins richement illustrées, mais elles sont très claires. Les pierres en plastique bleues et jaunes sont tip top. Le tout tient dans une boîte de petite taille et ça, c’est parfait, facile à mettre dans votre valise. Le tout entre 20 et 22€, vite rentabilisé surtout que vous le ressortirez encore et encore.

Pour moi, c’est un jeu qu’on ne voit pas assez, pourtant il en vaut vraiment le détour. Chaque partie est différente et il n’y a pas de stratégie de victoire mais des tas. Les cartes que votre adversaire jouera et celles présentes dans votre main feront sacrément évoluer les choses et vos réactions. En effet une carte puissante de votre adversaire vous obligera à jouer une carte de la même couleur pour bloquer son activation. Et si vous n’avez pas de carte de cette couleur, il faudra trouver d’autres manières de contrecarrer le pouvoir de la dite carte (comme piocher en espérant avoir de la chance ou jouer une carte ayant un effet inverse). Bref, ça n’a l’air de rien mais je vous promet que vous allez vous creuser les méninges pour trouver les meilleurs coups à jouer.

Si vous ne le trouvez pas dans votre magasin de jeu préféré, n’hésitez pas à leur demander de vous le commander. Insistez, il vous le faut !!!

Cowmic


Prix : 20 à 22€ / 2 à 4 joueurs / 20 à 30 minutes
Editeur : RnR Games
 / Distributeur Atalia
Les règles :
ICI

vendredi 18 septembre 2015

Takattak, Takattak Family & Satyrik

Aujourd’hui, on vous parle du triptyque de Si-trouille, par Geneviève Smal et Sullivan Hismans.
Si vous vous demandez ce qu’est un triptyque ? Dans ce cas-ci, nous dirons simplement qu’il s’agit d’une « collection » de 3 jeux : Takattak, Takattak Family, et Satyrik.
Elle est conseillère en communication (et liégeoise), lui est graphiste et illustrateur (et louviérois); le résultat est explosif.
Pour Satyrik, Geneviève et Sullivan s’unissent avec Greg Bruwier pour créer un jeu grinçant.

Sullivan Hismans et Geneviève Smal, un sacré duo.

On vous détaille les 3 plus concrètement...

Takattak :
Se joue à partir de 14 ans, de 1 à 10 personnes, en 20 minutes environ.
52 piques de tous les jours, 2 secondes pour répondre au tac au tac.
Concrètement : Un joueur, ou l’ « attakeur » si vous préférez, tire une carte sur laquelle est écrite une pique, une vanne, un commentaire désagréable.
Les autres joueurs doivent alors trouver une réplique le plus rapidement possible. Le premier qui frappe sur la table a le droit de répondre. Mais celui-ci devra respecter une consigne. Cette consigne figure sur le dos de la carte suivante du paquet, elle est représentée par une flèche de couleur. 5 couleurs différentes… Il vous faudra répondre :

Bleu : avec compliment,
Jaune : avec autodérision,
Vert : en disant la vérité,
Mauve : avec une pirouette,
Rouge : avec insolence.

Par exemple : "T'as l'air fatigué, t'as mal dormi ?"
Vous lui balancerez avec insolence : "T'as vu ta tête ?!"

Voilà un jeu d’ambiance qui est aussi un réel outil pour reprendre confiance face aux agressions verbales. Combien de fois ne vous êtes-vous pas dit après coup « Punaise, j’aurais dû lui répondre ça ! » ?
Ce petit jeu de cartes en mode jeu d’ambiance peut vous être utile dans la vie de tous les jours. Avec un peu d’entrainement, cela peut vous aider à développer votre esprit de répartie, mais aussi votre autodérision. Car finalement, si vous arrivez à rire de vous, plus personne ne pourra vous atteindre, au diable la susceptibilité ! Des fous rires garantis !
« Un jeu pour affiner son esprit de répartie, affûter ses répliques, conserver son sang-froid, faire preuve d’esprit, s’en sortir avec panache et ne plus passer pour une loque. »


Takattak Familly :
Se joue à partir de 8 ans, de 1 à 10 personnes, en 20 minutes environ.
C’est le même principe, sauf que vous riposterez en suivant un guide qui vous montre le chemin. Il vous permettra de jouer avec toute la famille, ou encore à l’école avec vos élèves.
Ici, vous ripostez…
Bleu : avec le premier mot,
Jaune : avec une rime,
Vert : en haïku ,
Mauve : en alexandrin,
Rouge : avec une fausse citation.

Vous pourrez y jouer avec la version chrono, la version dingo, ou même mélanger les 2 qui vous donneront la version rodéo, vous pourrez par exemple répondre avec insolence en alexandrin, ou en chantant.
Un tas d’informations et de règles variantes sont disponibles sur leur site.

Ils ont choisi de ne pas passer par une grande société d’édition, c’est édité par Si-Trouille.
Ils sont distribués par Asmodee Benelux. Notez que vous pourrez vous procurer  l’un ou l’autre pour 15€ entre autre via leur site. Mais n'hésitez pas à aller faire un saut dans un magasin de jeux qui en vend :-)

La presse en parle :
L’avenir (avec une vidéo explicative bien sympa)
La Libre Belgique
Le Vif Weekend

Satyrik :
Se joue à partir de 14 ans, de 2 à 8 personnes, en 10 minutes par joueur environ.
Nous restons dans les jeux de cartes ludiques. 55 cartes aux contextes divers et idéologies farfelues.
Il vous faudra caricaturer les autres joueurs avec un thème donné. Par exemple, un joueur qui sera la « bête noire » tirera un contexte comme « à la fête foraine », « est un collectionneur », ou encore « chez les naturistes ».




Les autres caricatureront celui-ci en 3 minutes en se basant là-dessus.
Inutile d’être fort en dessin pour pouvoir jouer. D’ailleurs, si vous ne savez pas dessiner, c’est encore plus drôle ;-)
La « bête noire » pourra ensuite censurer un dessin, ou vous accorder la liberté d’expression. On verra donc si la bête a de l’humour !
Satyrik est également disponible au prix de 15€ sur leur site sur lequel vous trouverez aussi un tas d’infos, et dans certains magasins de jeux.


La presse en parle aussi :
On n'est pas des pigeons (dans 3 minutes pour convaincre, passez directement à 16'24 ;))
http://www.satyrik.com/dans-la-presse/


Nous avons donc passé un long moment avec Geneviève et Sullivan que nous avons rencontré lors d'une Soirée Terrible à La table food and games, et autant dire que c’était un moment délicieux ! On s'est vite retrouvé à jouer avec eux comme on jouerait avec des potes.
Moi qui n’était pas super emballée à l’idée d’aller tester ce genre de jeux, je suis ravie que Cédric (Le Temps d’une Pose) nous y ait amené. 
Que vous soyez timides, grandes gueules, que vous n’ayez pas trop d’esprit de répartie, Takattak et Takattak Family sont faits pour vous. Et pour tout le monde d'ailleurs, que cela soit pour s’amuser une fois, ou passer au-dessus de certaines peurs tout en s’amusant.


En mode Satyrik au BGF
Avec Satyrik, bon moment assuré. Les belges sont connus pour leur autodérision, la preuve avec ce jeu. Je dirais juste aux grands susceptibles de prendre garde, ou de vous soigner (avec Satyrik, justement, ça tombe bien !)
Nous avons recroisé Geneviève et Sullivan lors du Brussel Games Festival, toujours aussi chaleureux et marrants. Et ça tombe bien, ce weekend, vous pourrez les retrouver sur le Festival Fol en Jeux à Verviers, profitez-en pour aller leur faire coucou !

VaL

Le site ce Si-Trouille : ici
Le site de Takattak : ici
Le site de Satyrik : ici
La page Facebook de Takattak : ici
La page Facebook de Satyrik : ici


vendredi 11 septembre 2015

Taverna

« C’est la Sainte-Averne, l’évènement le plus important du Royaume d’Averna. A cette occasion, tous les peuples se rassemblent dans la capitale pour festoyer, boire et chanter, de taverne en taverne.

Dans Taverna, vous incarnez un tavernier de la cité, bien décidé à profiter de l’occasion pour accroître sa notoriété, mais la concurrence est rude. Pour atteindre votre but, il faudra non seulement assurer votre réputation auprès des quatre peuples du Royaume, mais également satisfaire aux exigences de la Cour Royale. A vous d’obtenir les meilleures grâces auprès de tous !

Remporterez-vous le titre à la loyale ? Ou userez-vous de complots, de magie et d’influence auprès des plus illustres personnages du Royaume ? »

Alors, voici un jeu qui sent la bière, premier énorme point positif… et oui, on y incarne un tavernier, en tant que passionné de bière spéciale, comment ne pas être séduit.
C’est un trio belge : éditeur (Geek Attitude Games), auteur (Karl Marcelle) et illustrateur (Jonathan « Cian » Hartert), deuxième point positif une fois.
On en avait beaucoup entendu parler avant le Brussels Games Festival, c’était une priorité à tester donc pour nous. Et ce ne fût pas facile, beaucoup de gens avaient la même intention. Mais à force de persévérance, on y est arrivé. Et on n’a pas été déçu, bien au contraire.

Comment ça marche…
Vous incarnez donc des taverniers dans un monde médiéval fantastique. Il va vous falloir acquérir des parts dans les cinq tavernes, attirer des clients mais également divers notables.
Le plateau de jeu est recto verso, une face 2/3 joueurs et une 4/5 joueurs. La partie se déroule en 8 tours à 2 joueurs et en 6 de 3 à 5 joueurs.
4 peuples (humain, elf, nain, orc) différents sont présents dans Taverna, il faudra attirer les faveurs de ceux-ci (symbolisé par une échelle de faveur). Tout cela aura une importance capitale en fin de partie.

On commence la partie en achetant 1 part de taverne dans 2 établissements différents avec vos 15 sous de départ. Ensuite chaque joueur à son tour réalise les actions suivantes :
- Choisir une carte client parmi 4 disponibles. La première carte ayant été proposée au choix désigne le peuple élu de la partie et son échelle de faveur se voit assignée du jeton Roy
- Placez une tuile client du peuple choisi sur une table libre d’une des 5 tavernes.
Si vous le posez sur un emplacement de la couleur du peuple choisi, vous montez de 1sur l’échelle de popularité de celui-ci (qui comporte des bonus au fur et à mesure de votre ascension, un seul joueur peut occuper le sommet de l’échelle).
Si vous prenez la dernière place libre de la taverne, vous prenez le jeton privilège qui s’y trouve.
Si le symbole guilde de la carte peuple jouée correspond à un des symboles guilde de la taverne, vous en appliquez le pouvoir : Ripaille (bière) = bonus de sous, Magie (grimoire) = piochez un sort & Influence (lyre) = activation des notables à distance.
Si le symbole Complot (masque) se trouve sur la carte peuple jouée, vous pouvez au lieu de placer normalement votre client, retirer un jeton client déjà placé et en prendre la place (vous monterez dans ce cas dans l’échelle de faveur du peuple enlevé).

- Chaque propriétaire de la taverne choisie pour déposer le peuple reçoit des sous (en fonction du nombre de joueurs)
- Activer un notable présent dans la taverne où vous avez posé votre client (payer le coup de son activation, appliquer son pouvoir puis le déplacer vers une autre taverne).
- Lancer un et un seul sort (un peu de tout et qui apporte une grosse variété dans le jeu), revendre un sort, utiliser une ou plusieurs faveurs royales.
Quand le joueur a fini son tour, une nouvelle carte peuple est retournée et le joueur suivant commence alors son tour.

Les 4 notables qui ont été placés aléatoirement en début de partie ont des pouvoirs spécifiques :
- Le Gob’trotter  donne de nouveaux blasons de Guilde à des tavernes.
- L’ambassadrice permet d’obtenir la faveur des différents peuples en gravissant les échelles de faveur.
- Le notaire permet d’acheter de nouveaux titres de propriété (ou de racheter ceux des autres joueurs).
- La princesse apporte des faveurs royales (des bonus non négligeables).
Il ne peut y avoir plus de 2 notables simultanément dans une même taverne.
2 jetons privilèges peuvent permettre à tout moment d’activer un notable supplémentaire dans n’importe quelle taverne.

Durant le jeu, vous aurez déjà grappillé par ci par là des points de victoire. Mais c’est au décompte final que tout se jouera. 1 sou par sort non utilisé et 1 point de victoire par jeton privilège non utilisé.
Viennent ensuite les 2 décomptes : le royal et celui du peuple.

Le royal, chaque joueur va choisir parmi les  5 décomptes possibles. Et pour déterminer l’ordre du choix, c’est l’échelle de faveur du peuple élu qui prime et le joueur ayant gravi le plus cette échelle qui commence. Roy = rapporte 5 PV et fait monter le joueur de 1 sur chaque échelle de faveur, Reine = rapporte des PV en fonction des faveurs royales du joueur, Grand argentier = rapporte des PV en fonction des sous en possession du joueur, Archiduc = rapporte des PV en fonction des titres de propriété du joueur & Archimage = rapporte des PV en fonction des sorts lancés par le joueur durant la partie. On peut baser sa stratégie de jeu sur un des décomptes et se le faire ravir par un autre joueur en fin de partie car chaque décompte ne peut être utilisé qu’une seule fois. C’est vicieux et original.

Le décompte des peuples quant à lui rapporte les points indiqués sur chacune des 4 échelles de faveur.
Il faudra donc bien réfléchir pour avancer sur les échelles, en visant un décompte type et en se battant pour la tête de l’échelle du peuple élu. Sacré rôle d’équilibriste.

Notre avis...
C’est simple : Chez Des Jeux Une Fois, on l’a pré commandé. Besoin d’en dire plus ?!? Allez, ne soyons pas radin. Superbe design, mécanique intéressante, ambiance splendide. Sérieusement, vous devez au moins l’essayer (on en reparle ensuite :p).
On peut dire que ce jeu est fort attendu et que cette attente est justifiée. Ça sent le carton plein et c’est franchement mérité. Je ne vous raconte pas comment j’ai eu envie d’y rejouer en vous écrivant ces lignes…
La bonne nouvelle, c’est qu’il sort pour Essen et que les précommandes sont toujours ouvertes : ICI. Donc, si on vous a convaincu, n'hésitez pas une seconde (surtout qu’il y a de chouettes goodies offerts). Si pas, il sort en magasin le 12 octobre  2015.

Fiche technique...
Prix magasin conseillé : 45€
Joueurs : 2 à 5
Durée : 60 à 90 min
A partir de 12 ans.
Auteur : Karl Marcelle
Illustrateur : Jonathan « Cian » Hartert
 
Editeur : Geek Attitude Games
Distributeur : Atalia
Les règles : ICI

La vidéo explicative de Dinoboom : ICI
On l’a rencontré ce chouette personnage au BGF également et ses vidéos sont bien foutues, rendez-vous sur sa page Youtube.

Sur ce, bonne découverte...


Cowmic


Photos et illustrations par Geek Attitute Games & Des Jeux Une Fois

jeudi 20 août 2015

Brussels Games Festival 2015 (15 et 16 août 2015).

On l’attendait depuis longtemps, le Brussels Games Festival, c’était le week-end dernier. Et dire que c’est déjà fini et qu’il va de nouveau falloir attendre un an…

Cette année, le BGF a commencé le vendredi pour nous, car nous avions le plaisir d’être invités à la soirée de présentation qui avait lieu la veille du festival dans l’école fondamentale Congrès-Dachsbeck. Sympathique entrée en matière, rencontres en tout genre (éditeurs, auteurs, prototeurs, animateurs, organisateurs, bénévoles et entre autre Monsieur Guillaume avec qui nous avons passé un super moment), convivialité au rendez-vous.

Mais venons-en au vif du sujet, le festival en lui-même. Samedi matin, à la première heure, nous voilà sur le site. Pour ceux qui ne connaissent pas, le festival se déroule dans la rue de l’Enseignement - qui se retrouve envahie de tentes multicolores -, dans la galerie du Parlement, à La table Food & Games, à l’Outpost, dans l’école fondamentale Congrès-Dachsbeeck (pour la première fois cette année) ainsi que dans le parc de Bruxelles pour le Mölkky. On ne reviendra pas sur le programme complet, vous pouvez le retrouvez dans notre articleprécédent. Parlons donc plutôt des choses que nous y avons vécues.

 Les crêpes de La table food & games
10h05, nous voilà sur place. Malheureusement, la pluie est au rendez-vous, et elle ne nous quittera pas de la journée. Tous les stands ne sont pas encore prêts, certains sont même encore vides. Nous avions appris la veille par François d’Asmodee Benelux que les places pour les essais de T.I.M.E. Stories seraient chères, nous voulions donc être dans les premiers à choisir notre créneau horaire, surtout qu’il faut combiner cet essai et le tournoi de 7 Wonders auquel nous participons à 11h. Une fois notre réservation enregistrée, un petit saut à l‘Outpost pour valider/payer notre inscription au tournoi. On a maintenant un peu de temps pour saluer les amis et repérer les lieux.

Le tournoi de 7 Wonders est victime de son succès, plus de 100 participants et 16 tables de jeux. Ce qui génère un retard d’un bon 30 minutes avant le début de la première partie. En 3 manches, avec de longs temps de latence nécessaires à l’encodage d’autant de résultats. Nous voilà libérés, il est déjà 15h. Ne parlons pas de nos résultats, ça n’a pas été super (et ce n’est pas fort intéressant), on ne connait d’ailleurs pas notre classement. Participer aux tournois, c’est bien, mais ça prend du temps qu’on ne peut pas consacrer à des tests. La grosse déception du tournoi : ne pas avoir reçu de merveille de l’Art Pack comme aux autres tournois de cette année, on était aussi inscrit pour compléter notre collection (nous en manques que 2 :o). On clôt l’épisode 7 Wonders en félicitant Lou pour sa seconde place au tournoi :*

Nous voilà donc en quête de jeux à tester, de choses à voir, de gens à rencontrer avant notre rendez-vous de 16h pour le T.I.M.E. Stories. Au final, on mangera un bout, puis un saut au débat animé par Tibi de Boîtescast et avec une belle brochette d’invités : Monsieur Guillaume de Tric Trac, Gaëtan Beaujannot de Forgenext (et co-auteur de Concept) et Hervé Marly (auteur du jeu « Les Loups-Garous de Thiercelieux »). Fort intéressant.

16h approche, pas le temps d’en faire plus car il est l’heure de notre rendez-vous T.I.M.E. stories. Nous sommes conduits du stand Asmodee au Motel One (très joli endroit, on prendrait bien une chambre l’année prochaine) où a lieu la partie de teasing. Et oui, juste un teasing car la bête ne se dévoile pas complètement et qu’une partie entière est annoncée jusqu’à 5 heures. Qu’est-ce que ce T.I.M.E stories me direz-vous (si vous habitez sur Mars depuis un bon moment car on en parle beaucoup de ce jeu, plus que beaucoup d’ailleurs, sa sortie est fortement attendue) ? C’est un jeu de société qui se compose d’une boîte de base (une espèce de console de jeu) fournie avec un scénario « Asylium » (le jeu qui comporte des paquets de cartes servant à illustrer le scénario). D’autres scénarios seront vendus séparément ensuite au rythme d’un par trimestre (6 sont déjà prévus allant du thriller contemporain à une expédition antarctique occulte en passant par le médiéval fantastique et l’Egypte antique),  lors de la sortie officielle du jeu le 5 septembre 2015, un second scénario sera disponible « The Marcy Case ». Dans le jeu, vous incarnez des agents du T.I.M.E., une organisation qui maîtrise le voyage dans le temps. Vous serez envoyé dans le passé (de 2 à 4 joueurs) dans un réceptacle avec une mission, et un temps calculé en Unité de Temps (UT) pour y arriver. Si vous n’arrivez pas à réussir la mission avec les UT fournies, vous revenez dans le présent. Vous serez ensuite renvoyé dans le passé au même moment, tout sera à refaire sauf que vous gardez votre mémoire, ce qui vous permettra d’avancer plus vite. Evidemment, au bout de plusieurs échecs, vous serez viré par l’agence et la partie sera perdue, il faudra donc être efficace. Nous avons testé 12 UT du scénario de base à 4 joueurs. L’ambiance de ce scénario est juste à la hauteur d’un excellent film et les illustrations parfaites et flippantes (ambiance hôpital psychiatrique oblige.)

Une fois arrivé dans l’époque de destination, vous vous déplacez en groupe (c’est un jeu collaboratif) de pièce en pièce sur un plan, les déplacements de pièce en pièce vous coûtent des UT, certaines actions également. A chaque pièce, chaque joueur choisit une partie de la pièce qu’il explore et reçoit des informations via une carte qu’il partage ensuite avec son équipe (les informations, pas la carte). En fonction des informations, des objets trouvés ou des rencontres, …  les indices apparaissent, une piste, des idées…  et l’équipe décide ensemble de la direction qu’elle prendra en fonction de tout cela. Les capacités des réceptacles (personnage que vous choisissez avant d’être envoyé en mission) vont influencer l’aventure car en effet, il y aura des combats, des discussions et bien d’autres choses sur lesquelles votre personnage aura son importance. Il est possible aussi que vous mourriez. Ce n’est pas grave car, heureusement, c’est juste votre réceptacle qui meurt. Vous en prendrez un autre au prochain voyage (ou le même vu que vous revenez au même point de départ).

On peut dire qu’on est reparti de là frustré. Frustré de pas pouvoir aller plus loin dans l’aventure. Mais pas que, beaucoup de questions soulevées sur le concept. En effet, savoir qu’il va falloir racheter des scénarios jouables une seule fois après la boîte de base est une source de discussion. Comment le publique va réagir face à cela ? Les gens ne vont-ils pas acheter un scénario et se le prêter, voire le revendre ensuite ? Ou seront-ils tout simplement effrayés par ce système ? Que se passera-t-il après les 6 scénarios additionnels garantis ? A +/- 25€ le scénario (boîte de base à 45€), toutes les spéculations sont possibles. François d’Asmodee Benelux nous a quand même bien convaincu avec son argument, 25€, c’est le prix de 2 places de cinéma. Pour nous, ça a été un argument en la faveur du jeu car vous êtes quand même parti pour une longue aventure et jusque 4 joueurs (moins que la soirée ciné par personne). En tout cas, si plus jeune vous étiez fan des livres dont vous êtes le héros et que vous êtes fan de jeux de société, y a pas à hésiter, c’est fait pour vous. On touche même au monde des rôlistes. Le gros avantage, c’est que le principe ouvre une liberté de création pour les scénarios à venir qui pourront se dérouler à des époques différentes, avec des ambiances différentes, des illustrations différentes.  Les Aux sont divisés sur l’achat. VaL ne l’achèterait pas mais y jouerait volontiers, et Cowmic l’achèterait bien bien BIEN. Ce qui est sûr, c’est qu’on a super envie d’y rejouer, d’aller jusqu’au bout du scénario, de connaître la suite, de voir ce qui se déroulera dans les autres scénarios. Nous sommes donc fort curieux de voir ce qu’il se passera lors de la sortie de ce jeu. D’ailleurs, après en avoir parlé avec pas mal de monde, on est pas les seuls à se poser des questions. Nous n’avons malheureusement rien d’autre à vous proposer que l’illustration de la boîte car photos interdites lors de notre essaie. Il faudra donc attendre le 5 septembre 2015 pour le découvrir complétement. Pour ceux qui ont testé le teaser, on est hyper curieux de connaître vos avis actuels et futur lors de sa sortie. On en reparlera, c’est sûr (et vu que toutes les places de démos possibles ont été prises et que du monde a dû être refusé, on sent que l’engouement est au rendez-vous).

Après une telle lame de fond, nous voilà repartis pour un nouveau test que nous attendions avec impatience : 7 Wonders Duel de chez Repos Production. Si vous aimez 7W et que vous n’étiez pas convaincu par la version 2 joueurs du jeu de base, là, parcours sans faute : quelle superbe réussite (enfin, c’est notre avis). Y a pas à tortiller, il sera dans la ludothèque dès le jour de sa sortie. Que vous en dire en quelques lignes ? Eh bien, pour ceux qui connaissent le 7W : toujours 3 âges, les cartes de chaque âge sont disposées sur la table (chaque âge à son tour, bien sûr) de manière à mettre certaines cartes visibles, d’autres faces cachées, certaines accessibles et d’autres pas (la configuration change à chaque âge) ; il faut donc faire attention aux cartes que vous prenez car elles vont en libérer d’autres pour votre adversaire qui en choisira une après vous. Chacun a 4 merveilles à disposition qu’il faudra construire pour obtenir des bonus ou points de victoires (7 maximum peuvent être construites durant la partie). Le principe de paiement des cartes est similaire sauf que toutes les ressources que vous ne possédez pas coûtent 2PO, augmenté du nombre de cette ressource possédée pas l’adversaire, le tout ira à la banque. Si vous défaussez une carte, vous recevez 2PO, augmenté du nombre de cartes jaunes en votre possession. 
Les scientifiques, 6 différents symboles. Si vous obtenez les 6 différents, condition de victoire immédiate. Par paire de symbole, vous pouvez choisir un des 6 jetons verts (de gros bonus qui apportent des avantages sur la partie). Toujours l’existence de chaînages présentés sous une forme plus visuelle. Les guerres se passent sur une échelle à double sens et démarre au milieu, niveau zéro. Plus vous mettez des boucliers, plus l’échelle monte pour vous et descend pour votre adversaire, vice et versa évidemment. Cela vous apporte des PV en fin partie (+ des bonus en cours de gravissement). Si vous arrivez au bout de l’échelle, condition de victoire immédiate. Si aucune des deux conditions de victoire immédiate n’arrive, il y a comptage des points en fonction de ce que vous avez posé (avec quelques variations par rapport au jeu qu’on connait). Le format est plus petit, le tout tient sur une petite table et les cartes sont fort petites, comme la plus part des jeux pour 2 joueurs. C’est notre seul point négatif mais qui est oublié vu la qualité de l’ensemble. Et puis vu la disposition des cartes, si celles-ci avaient la même taille que 7W, ça aurait été encombrant. Du coup, ça sera un jeu facile à emmener en voyage. Pour les personnes ne connaissant pas 7W, rien n’empêche de vous lancer sur ce jeu, il est relativement accessible. On tient un futur bestseller, une véritable adaptation réussie pour 2 joueurs mais en gardant l’esprit qu’on apprécie tant dans la version de base. On ne connait pas encore la date de sortie malheureusement, on espère pour Essen…


Avec tout ça, il est presque l’heure de la fin officielle de la journée et la fermeture des stands. On passe par chez Dédale récupérer Le Havre réservé car en promo et chez Les Chroniques Ludiques pour un Spellcaster et l’extension de Settlers. Deux supers boutiques bruxelloises à visiter absolument.
Tant qu’à faire, on va voir jusqu’au bout du festival si Florent des Jeux Opla est toujours ouvert et vu que c’est le cas, on installe pour 2 essais.

D’abord, Le Bois des Couadsous, de 2 à 4 joueurs. 9 cartes sont posées afin de former un carré. Elles contiennent sur chaque face une de ces trois formes: champignon, caillou, feuille - combiné à une de ces trois couleurs : jaune, rouge et bleu. Cela représente la forêt. A l’extrémité de chaque lignée, un carte où figure 1 ou 2 noisettes. Votre objectif est d’être le premier à posséder 5 noisettes. Vous choisirez où poser votre Couadsou (votre carte personnage) au départ et si vous commencez avec les formes ou les couleurs. Le but afin d’obtenir la carte noisette au bout de la lignée est, selon ce qu’indique votre personnage, de déterminer dans l’ordre quelle forme/couleur figure en dessous de chacune des 3 cartes de la lignée. Vous annoncez la première, la retournez et si c’est correct, vous ferez pareil pour la suivante, idem pour la 3ème. Si vous vous trompez, c’est au joueur suivant. Si vous réussissez, vos adversaires devront retourner leur personnage Couadsou, ce qui fait qu’il ne devront plus deviner/se rappeler les formes mais les couleurs, ou l’inverse. Et vous, vous changerez de rangée. C’est au joueur suivant. Cela mettra votre mémoire à rude épreuve. En prime, il y a des façons de varier le jeu, ça peut vite devenir un joyeux bordel.

Ça tombe bien, le stand des super nanas de Casse-noisettes, la 3ème boutique bruxelloise qu’on vous recommande chaleureusement, est juste en face. Le Bois des Couadsous y est en vente, ni une ni deux, on file l’acheter.

Ceci n'est pas une mise en scène ;)

On enchaîne sur La glace et le ciel, 2 à 4 joueurs. Inspiré du film du même nom, un jeu de cartes purement coopératif. Sur la table, d’une part, 3 cartes côte à côte : Ouest – Nord – Est. D’une autre part, 3 autres cartes (un aperçu de la disposition voir photo) : L’air – La terre – L’eau. Chacun a un certain nombre de cartes dans sa main, représentant l’air, la terre et l’eau, contenant des valeurs de 0 à 3, et 2 cartes qui forment un objectif que seul les autres joueurs peuvent voir (par exemple : Nord – 6, ou Eau – 3). Tour à tour, chacun posera un carte à un endroit approprié, si à un moment votre objectif est réalisé (le total des cartes sur la lignée qu’indique votre objectif correspond également au chiffre donné en objectif),  un des joueurs vous en averti sans vous donner plus de précision. A vous de deviner quel est-il. Bien sûr, ça changera en cours de partie, au fur et à mesure de la pose des cartes, on vous avertira alors que votre objectif n’est plus correct. A la fin de partie, il faut au possible que les objectifs de chacun soient réalisés. Un peu de CO2 viendra perturber votre partie… Beaucoup de calculs, d’attention, de coopération. Un jeu casse-tête comme on les aime et sur un super thème. Malheureusement, La glace et le ciel ne sort qu’en octobre 2015…

Tournoi de Splendor à l'Outpost
On finira avec quelques sympathiques discussions avec les personnes présentes dans la zone. Et dire que jusqu’ici, il n’a pas arrêté de pleuvoir. Mais il y avait du monde présent en nombre malgré ça. A cette heure-là, tout le monde n’espère qu’une chose : du soleil pour dimanche.

Après la journée bien remplie commence la nuit du jeu (de 18h à dimanche matin). Le principe est simple, qui veut joue dans les établissements partenaires et dans la galerie du Parlement. Il est 19h30 et les lieux sont bien remplis. L’avantage est que la pluie n’est plus un soucis. On s’installe à une table, on attend que les copains finissent le tournoi de Splendor, et en attendant, on sort les Couadsous qu’on vient d’acheter. Après une seule partie à deux, nous accueillerons des visiteurs à notre table de jeu. C’est fou comme cette ambiance conviviale permet l’échange et la rencontre. En tout cas, on aura fait découvrir ce jeu à quelques personnes bien sympas.
Finalement, vers 21h30, on décide de rentrer histoire de recharger les batteries pour le second jour qui ne sera pas non plus de tout repos.

Dimanche matin, au réveil, un coup d’œil par la fenêtre : il ne pleut plus !!! Et on aura même droit à du soleil. Quel changement par rapport à la veille. 9h15, on est dans la place pour être sûr d’arriver à l’ouverture de la bourse au jeux. Mais on est pas les seuls à avoir pensé à ça, dès 9h30, la salle est déjà remplie de visiteurs et les stands pris d’assaut. Beaucoup de succès pour cette bourse. Après un petit tour et un repérage d’un Uwe Rosenberg, on ne craquera pas (du moins, pas tout de suite).

Ayant croisé Florent à notre arrivée au matin, et nous ayant proposé de tester Pollen si on avait du temps, nous voilà de retour sur au stand des Jeux Opla. Pollen, un jeu pour 2 joueurs.  Chacun aura sa couleur de petites abeilles qui auront la possibilité de butiner 5 fleurs différentes. Une carte objectif vous sera attribuée avant de commencer la partie, celle-ci révélant 3 fleurs pour lesquelles vous aurez des points supplémentaires si vous parvenez à être celui qui sera majoritaire dessus.  5 cartes fleur sont placées, des 2 côtés de chaque carte fleur pourra être placé maximum 3 cartes (6 au total donc). Vous pourrez faire 2 actions à chaque tour (ou 1 action qui compte pour 2). Vous aurez une main de 3 cartes et votre paquet afin de recharger celle-ci pour avoir 3 cartes au début de chaque tour. Celles-ci allant de 0 à 5 abeilles, ou 2 cartes spéciales vous permettant de switcher 2 cartes sur votre côté de la table. Vous pouvez : poser 1 carte de votre côté  (vaut pour 1 action), switcher deux cartes grâce à la carte spéciale (1 action), poser une carte face cachée de votre côté (2 actions), ou encore poser une carte sur le côté de la table du joueur adverse (2 actions). Il vous faudra avoir le plus grand nombre d’abeilles sur un max de fleurs et atteindre un max de vos objectifs pour gagner ! Beaucoup de calculs et de réflexion, on aime ça.

Les Jeux Opla, c’est un coup de cœur car la démarche de Florent est juste exceptionnelle. En effet, ses jeux sont éco-conçus et fabriqués en France (gros gros bon point). De plus, ils ont un lien très étroit avec la nature. Mais ce sont surtout des jeux fort sympas. Bref, nous vous recommandons d’aller les découvrir. Merci pour ton accueil fort chaleureux, c’était un plaisir de te revoir après notre première rencontre au Bar du Matin.

Du stand des Jeux Opla, on se retrouve sur un Deal Gentlemen Collectionneurs. Un party game pour 2 à 3 joueurs, c’est assez rare, le tout basé sur la négociation. Vous incarnez un milliardaire collectionneur qui veut agrandir ses collections. 5 catégories d’objets différents auxquels vous attribuerez des valeurs de 1 à 5 afin de déterminer secrètement quels objets vous rapporteront plus de points. A chaque fois, 2 objets visibles, 1 caché seront mis en négociation (eh oui, pas d’argent ici). Vous pouvez faire des promesses, vous pouvez les tenir (ou pas).Vous pouvez tout envoyer au musée si vous n’arrivez pas à vous mettre d’accord (attention, le musée joue aussi contre vous). A la fin, chaque collection de 3 objets vous rapportera des points en plus d’un bonus défini avant de commencer la partie. Un petit jeu sympa, on a passé un bon moment à y jouer. On se verrait par contre mal sortir un party game en jouant à 2, on préfère quand ça réfléchit ;)

On est rejoint par des amis, on fait un petit tour, et Cowmic en profite pour faire des photos (c’est quand même bien plus motivant de sortir l’appareil avec le soleil).

On passe par le stand de la Ludothèque de l’Espace Maurice Carême d’Anderlecht où l’on testera Kamisado. Un jeu de pure réflexion et de stratégie pour 2 joueurs. L'objectif est d’être le premier à placer une tour de sa couleur sur l'une des cases de la rangée de base adverse. Par contre, à chaque fois, les joueurs ne peuvent déplacer que la tour dont la couleur du symbole correspond à la couleur de la case sur laquelle son adversaire s'est arrêté au coup précédent. On a beaucoup aimé. Les règles ne sont pas bien compliquées, pas comme le jeu qui lui peut bien vous faire creuser les méninges ! Ce n’est pas un jeu récent, c’est là que les ludothèques nous font découvrir des jeux dont l’actualité ludique ne parlent plus. Merci pour ça.

Ensuite, un test qu’on a cherché à faire le samedi en vain, « victimes » de leur succès, c’était full en permanence : Taverna. Le nouveau Geek Attitude Games. Editeur belge, auteur belge et illustrateur belge. Vous comprenez qu’on avait fortement envie de le tester surtout que les échos jusque-là étaient très positifs. Nous lui consacrerons un article plus détaillé lors de sa sortie qui est prévue d’ailleurs pour Essen. Ce qu’on peut vous en dire : "C’est la Sainte-Averne ! Cette fête, qui a lieu toutes les 77 lunes, à l’occasion du passage de la Comète Averne, est un évènement important du royaume. À cette occasion, tous les peuples du royaume se rassemblent dans la capitale en vue d’élire le nouveau Grand Chambellan du Roy Henry Païe. Trois jours durant, tous vont festoyer, boire et chanter, de taverne en taverne. Dans Taverna, vous représentez un des Grands Connétables de la cité prêts à tout pour vous faire élire Grand Chambellan royal. Mais attention, ce titre est le plus grand honneur de Taverna. Pour l’obtenir, il vous faudra assurer votre réputation auprès des quatre peuples du royaume, mais également satisfaire aux exigences des membres de la Cour : le Roy et la Reine, bien entendu, mais également le Grand Argentier, le Chef du Protocole. Craignez les railleries du Fou du Roy ! À vous d’obtenir les meilleures grâces auprès de tous. Remporterez-vous le titre à la loyale ? Ou userez-vous de complots, de magie et d’influence auprès des plus illustres personnages du Royaume ? À Taverna, tous les coups sont permis en vue d’acquérir le plus de prestige et ainsi avoir la chance d’être l’Élu."
Un de nos coups de cœur de ce festival, un super graphisme, un jeu attrayant, une mécanique intéressante. Bref, on a hâte d’y rejouer et de vous en parler bien plus longuement.

Comme vous auriez pu le remarquer, Piratoons, on adore. C’est donc logiquement qu’on participe au tournoi. 12 participants, c’est plus humain que 7 Wonders comme taille. Malheureusement, pas super content de ce tournoi (ça confirme ce qui a été dit plus haut, fini les tournois l’année prochaine ou un seul sur le WE). On finira 5 et 6ème  du tournoi après les 3 manches. Pour un jeu familial, ce n’était pas des plus agréables de tomber sur certains joueurs se disputant pour des points sur les règles, jouant un peu comme ça les arrange et du coup, il règne une ambiance pas top à table. On est content que ça soit un petit gars adorable de 11 ans qui ait remporté le tournoi.

Ca sent tout doucement la fin… un petit tour par la bourse aux jeux. Moins de monde malgré qu’il reste encore des jeux en vente. Le Uwe est partit évidement. Mais on repartira avec un Rockwell de Sit Down!. L’après-midi touche déjà à sa fin et donc le festival aussi, c’est l’heure du bilan.

Que dire sur ce festival à part qu’en 3 éditions, que de chemin parcouru. C’était aussi notre 3ème édition comme visiteur et la première en temps que Des Jeux Une Fois. Un franc succès et un bel événement. 

Les gros points positifs : Le nombre d’éditeurs et de jeux à tester (sans oublier les jeux pas encore sortis), la convivialité de l’ensemble de la manifestation, les bénévoles super giga sympathiques, les crêpes de La table Food & Games, les vidéos ajoutées durant le festival sur le net (c’est chouette à regarder au petit déjeuner avant de repartir).
Le négatif : Peu de choix pour les végétariens et un manque de poubelles sur le site (qui a dû être constaté après la journée du samedi vu qu’il y en avait plus le dimanche).
Vu la qualité de cette édition, on a vraiment hâte de voir comment tout ça va évoluer pour l’année prochaine. On prend déjà RDV, quelqu’un peut nous communiquer la date qu’on la réserve ?!? 

Angelo en toute décontraction
On voudrait aussi saluer dans ce compte-rendu les gens qu’on a croisé, qu’on apprécie mais chez/avec lesquels ont pas eu l’occasion de jouer : 
- Cesare de Atalia qui était présent avec un super stand et une grosse équipe. On a encore des choses à tester chez toi mais ça sera pour une prochaine fois
- Geneviève et Sullivan des éditions Si-Trouille. Un article vous présentant le triptique TAkAttAk, TAkAttAk Family et Satyrik arrive bientôt
- Notre bon ami Thibaut de Act in Games. Ça n’a pas chômé non plus sur le stand, on ne l’a pas vu assis du festival. En prime, il était accompagné des illustrateurs de Piratoons
- Simon de Black Rock Benelux et les nombreux éditeurs qu’il distribue. On aura au moins eu l’occasion de papoter.

Merci à François de Asmodee Benelux pour les échanges. Merci également pour « Titre », grâce à toi, nos soirées jeux n’auront plus la même saveur (Titre ?)
Merci aussi à Monsieur Guillaume, Les Dés Punchés, Casse-noisettes, Les Chroniques Ludiques, Dédale, …


Dans la catégorie on est déçu : Déçu de n’avoir pu tester Sapiens, déçu de n’avoir pu se procurer Cacao, déçu de n’avoir eu le temps d’aller saluer tout le monde.

On voudrait également présenter nos excuses aux prototeurs et aux associations présentes dans la galerie du Parlement… on a pas eu le temps et ce malgré un repérage samedi matin tôt. Pas de Mölkky non plus dans le parc. L’année prochaine, on sera plus organisé, et on zappera les tournois pour faire ce qu’on préfère : encore plus de découvertes que nous ne manquerons pas de partager avec vous ensuite !

Pour finir, on va pas se quitter sans remercier chaleureusement les organisateurs de cette manifestation extraordinaire, on se rend bien compte du travail titanesque accompli. Ainsi que La table food & games toujours aussi accueillante. Bravo bravo bravo.
Merci également aux bénévoles sans qui des manifestations comme celle-ci ne peuvent exister.

Rendez-vous l’année prochaine une fois.

Les Aux (VaL & Cowmic)


Le BGF en lien : SiteFacebookTwitterInstagram
Les photos Des Jeux Une Fois : google + (celles-ci sont également présente sur notre page Facebook)
Les vidéos de Boitescast : ici